La Louvière Centre n’a pas encore sa licence pour la D1 amateurs

Le champion de division 2 amateurs est invité à fournir des précisions complémentaires.

U.P.
La Louvière Centre n’a pas encore sa licence pour la D1 amateurs
©Heymans

Sur le terrain, L’UR La Louvière Centre est le champion incontesté de division 2 amateurs. Invaincu et totalisant 68 points sur 78 actuellement, le club louviérois a écrasé la concurrence et plié le championnat à six journées du terme.

Mais cela ne signifie pas pour autant une montée dans la division supérieure, cette D1 amateurs après laquelle le club court depuis tant d’années. Si le billet est sportivement validé, la commission des licences de l’Union Belge doit délivrer la licence permettant au club de jouer dans la division supérieure.

Le manager des licences a émis un avis favorable, mais sous conditions. «L'URLC est invitée à fournir des précisions complémentaires afin d'obtenir le droit officiel de monter en D1 amateurs», écrit la direction du club dans un communiqué.

Concrètement, le club devra satisfaire aux exigences de l'auditorat du travail du Hainaut. Les dirigeants de l'URLC rencontreront l'auditeur Charles-Éric Clesse le 2 avril prochain. Un rendez-vous provoqué suite aux déclarations de l'auditeur du travail qui, sur le plateau de l'émission La Tribune déclarait que La Louvière-Centre «me semble-t-il ne déclare personne.»

«On fera le nécessaire»

Une petite phrase qui déclencha l'ire des Louviérois, protestant à genoux lors du match à Solières. Ce rendez-vous du 2 avril a pour objectif «de tout mettre au clair», explique Mohamed Dahmane, joueur et manager général de l'URLC au micro de la RTBF.

«On veut voir ce qui nous est reproché et ce que l'on peut faire pour lui (à Charles-Éric Clesse NDLR) prouver qu'on est droit dans nos bottes et qu'on fera le nécessaire pour figurer dans cette liste de clubs sur la bonne voie», soulignant que l'URLC est une structure amateur aux moyens limités. Mohamed Dahmane se dit confiant quant à l'octroi final de la licence, précisant que le club s'y prépare depuis de nombreux mois.

C’est le 4 avril que l’URLC se rendra à nouveau rendez-vous à l’Union belge pour livrer l’avis et les recommandations de l’auditorat du travail qui, espèrent les dirigeants, lui permettront de valider définitivement sa montée en D1 amateurs.