La classe biberon

UR Namur - Huy : Samedi, 20 h

B.J.

Avec le retour du printemps, Zoran Bojovic, le (courageux) coach namurois, voit son noyau fondre… comme neige au soleil. Avant le derby mosan, la moitié du noyau disponible est composée de joueurs de moins de 18 ans. «Mon groupe a en effet pris un grand coup de jeune, constate, fataliste, le Jambois. Certains éléments joueront l'après-midi en U17 avant de rejoindre le noyau le soir.» L'entraîneur namurois, même s'il veut rester réaliste, ne va pas demander à ses joueurs de brader la partie. «Nous devons encore disputer deux matches à domicile et pour le blason, tentons de récolter l'une ou l'autre victoire», souhaite, optimiste, Zoran Bojovic. Une tâche quasi insurmontable puisqu'il ne pourra aligner aucun véritable attaquant. «Thomas Cagnina devra encore jouer en pointe», souffle-t-il. Pour sa part, Deli Bajraktari, un des rares rescapés, se montre plus circonspect sur les chances de succès. «Nous devons jouer nos derniers matches à fond pour nous montrer. Ce n'était déjà pas facile avec le noyau de départ mais maintenant, c'est encore moins évident. À l'aller, nous étions menés 3-0 avant de revenir à 3-2», lance-t-il en guise d'espoir. Le gaucher devait être contacté par les repreneurs mais le rendez-vous a été reporté. Le temps de régler les détails de la fusion?

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.

COUPE DU MONDE