«Friande de polémiques»: la presse française tend le bâton à Thomas Meunier…

Thomas Meunier confiait mardi combien la presse française était «friande de polémiques». Le défenseur des Diables rouges et du PSG ne croyait pas si bien dire…

Benoît Robaye
«Friande de polémiques»: la presse française tend le bâton à Thomas Meunier…
Thomas Meunier, en pleine session d’entraînement avec les Diables rouges, hier à Tubize. ©BELGA

+ À LIRE AUSSI | Diables : quand les sujets polémiques du PSG s’invitent dans l’interview de Meunier

Avant-hier, Thomas Meunier était face à la presse, après la session d'entraînement des Diables rouges à Tubize. Interrogé sur le cas Hatem Ben Arfa – dont la relation avec le nouvel entraîneur du PSG alimente abondamment la chronique -, il nous avait notamment confié combien la presse française est « friande de polémiques ». L'arrière droit des Diables ne croyait sans doute pas si bien dire… L'une de ses déclarations, qui a été mise à la Une L'Équipe (voir ci-dessous), fait beaucoup parler.

«On pourrait se gérer sans entraîneur» devient…

La déclaration dont il est question, c'est celle-ci: « On pourrait se gérer sans entraîneur ». Forcément, si l'on sort cette phrase de son contexte, cela peut être mal interprété. Voici l'ensemble du commentaire de Meunier: «À la base, on a un groupe tellement riche (au PSG). On pourrait se gérer sans entraîneur. Beaucoup, comme Di Maria ou Ben Arfa, n'ont pas réellement besoin de notions tactiques. Dès qu'ils reçoivent la balle, ils font la différence. Même si on nous disait: 'Vous n'avez pas de contraintes, faites ce que vous voulez', on pourrait gagner. Contre des équipes comme Arsenal, la tactique va faire la différence. C'est là qu'il faudra montrer le changement entre Laurent Blanc et Emery. D'après ce que j'ai pu comprendre, les entraînements avec Blanc étaient plus simplistes, basés sur le jeu et la possession de balle. Cette saison, il arrive que la séance se limite à du placement sur phases arrêtées. À un travail de repositionnement à la perte de balle.»

… «Meunier voit bien le PSG sans entraîneur»

Meunier n'a donc pas dit que le PSG n'avait pas besoin d'entraîneur, si besoin est de le préciser. Et pourtant, on peut notamment lire ce titre, sur So Foot: «Meunier voit bien le PSG sans entraîneur». On est tout de même loin de la version initiale. Et cette interprétation est suivie accessoirement de: «Ce n'est pas de cette façon qu'il chopera une place de titulaire».

… «pour Thomas Meunier, Unai Emery ne sert pas à rien, mais presque»

Autre lecture surprenante des propos de Meunier, celle de LCI, qui a jugé bon de sortir ce titre: « Pour Thomas Meunier, Unai Emery ne sert pas à rien, mais presque ». Et le site français d'«infos et actualités» ne s'arrête pas là et estime qu'il «y a des choses qui ne se disent pas, dans le milieu très feutré du foot de haut niveau. Ainsi, les joueurs du PSG avaient attendu le départ de Laurent Blanc, cet été, pour dire le mal qu'ils pensaient de la méthode de travail du technicien français, poussant celui-ci à contacter son ancien club pour lui rappeler la clause de 'non dénigrement'signée par les deux parties… Il existe toutefois un tabou bien plus grand encore: celui de l'utilité, ou non, d'un entraîneur, certains n'hésitant pas à la remettre en cause, à mots couverts. Le Belge Thomas Meunier, débarqué à Paris cet été, et réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, le lève publiquement ce mercredi de manière spectaculaire, dans les colonnes de L'Équipe. Ce qui fera plaisir, ou pas, à son coach, Unai Emery.»

On est impatient de croiser Meunier, demain, après Belgique-Bosnie, pour lui demander ce qu’il a pensé de l’interprétation par certains médias de ses propos…

La Une de L’Équipe, hier.
La Une de L’Équipe, hier.