Le stade de Hanovre évacué, le match Allemagne-Pays-Bas annulé: «Un attentat à la bombe était prévu»

Le match amical de football Allemagne-Pays-Bas, prévu mardi soir à Hanovre quatre jours après les attentats de Paris, a été annulé en raison d’»indices sérieux» sur un «attentat à la bombe prévu au stade», a annoncé le chef de la police locale.

Nous avons eu des indices sérieux selon lesquels un attentat à la bombe était prévu ce soir au stade», a indiqué à la chaîne publique ARD Volker Kluwe, responsable de la police de Hanovre, après avoir évoqué un peu plus tôt une «menace concrète» d’explosion auprès d’une radio locale.

«Le match a été annulé afin de protéger la population», a pour sa part déclaré Thomas de Maizière, le ministre de l’Intérieur allemand, qui a ajouté qu’il ne voulait «pas apporter de commentaire ni sur la source ni sur l’ampleur de la menace» car «une partie des réponses susciterait l’inquiétude de notre population».

Le ministre régional de l’Intérieur de Basse-Saxe, Boris Pistorius, a néanmoins précisé qu’il «n’y a pas eu d’interpellations» et qu’aucun explosif n’a été retrouvé aux abords du stade. La police restera néanmoins en alerte toute la nuit.

Concernant l’origine de l’alerte donnée aux Allemands, des médias évoquent comme source un service de renseignement étranger, sans dire lequel. L’agence de presse allemande DPA parle d’une menace d’attentat islamiste, en citant des sources sécuritaires.

Peu après 19H00 (18H00 GMT), les spectateurs avaient quitté l’enceinte dans le calme après l’annonce de l’annulation du match pour des «raisons de sécurité» alors non précisées, pendant que la police bouclait la zone dans un rayon de 500 mètres autour du stade, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les Allemans très éprouvés par la nuit de vendredi à samedi

La chancelière Angela Merkel et ses principaux ministres devaient assister à la rencontre, censée débuter à 20H45 (19H45 GMT) et revêtir une dimension essentiellement symbolique, en hommage aux victimes des attaques de Paris qui ont fait au moins 129 morts et 350 blessés.

Plusieurs heures auparavant, les télévisions montraient les joueurs allemands répétant la Marseillaise, qu’ils devaient entonner en début de match dans cette enceinte de 49.000 places cernée par une importante présence policière.

Les champions du monde, très éprouvés après avoir passé la nuit de vendredi à samedi enfermés au stade de France après leur rencontre amicale face aux Bleus, marquée par les explosions des trois kamikazes postés à proximité, avaient finalement maintenu le match face aux Pays-Bas, mais six de leurs cadres dont le capitaine Bastian Schweinsteiger avaient été ménagés.

Le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw avait refusé dès lundi de répondre à la moindre question sportive, présentant le match comme un «symbole de liberté, de démocratie et de solidarité avec nos amis français».

Un concert annulé

Le saxophoniste américain Maceo Parker a aussi dû annuler son concert prévu mardi soir à Hanovr, non loin du stade. «Nous sommes tellement désolés, le spectacle à Hanovre a dû être annulé ce soir. C’était le meilleur choix pour des raisons de sécurité. Nous serons de retour dès que possible», a indiqué Maceo Parker sur son compte Twitter.

Le concert qui devait démarrer à 20h (19h00 GMT) au centre culturel Pavillon, a été annulé à 20h20 (19h20 GMT) sur recommandation de la police, a précisé à l’agence allemande DPA Gerd Kespohl, responsable de la programmation du centre.

Environ 900 personnes devaient assister au concert de l’artiste septuagénaire, qui a joué pendant 25 ans avec le roi de la soul James Brown.

Nos dernières infos en direct

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.