Di Rupo touché par la faillite du RAEC Mons

Le bourgmestre de Mons, Elio Di Rupo, s’est dit très touché par la faillite du RAEC Mons.

Di Rupo touché par la faillite du RAEC Mons

Il a indiqué vouloir laisser du temps à la réflexion et espérer une reprise. Aucun candidat repreneur ne s’est toutefois pas encore manifesté, selon Elio Di Rupo.

«Les sentiments restent importants dans ce dossier», a indiqué Elio Di Rupo à Belga. «Nous savions que le club du RAEC Mons était en grandes difficultés financières. Je tiens avant tout à saluer le travail du président Dominique Leone qui a beaucoup donné et investi pour le club de football montois. Le temps doit être donné à la réflexion. On verra si un repreneur se manifeste dans les prochaines semaines. La Ville de Mons a déjà investi beaucoup pour la tribune 1 du club et un dossier de subsides avait été voté par le conseil communal sur une capacité d’emprunt de 3,3 millions d’euros dont le Ville ne devait s’acquitter que des intérêts, ce qui avait été jugé absorbable par le conseil communal, malgré nos difficultés budgétaires communales et un déficit de 10,6 millions d’euros annoncé pour 2015. La subsidiation des travaux des tribunes 3 et 4 est donc acquise mais, pour la réaliser, il faut savoir à qui s’adresser, alors que le club est en faillite. Et je ne sais pas, pour l’heure, si des repreneurs potentiels se sont manifestés».

Pascal Lafosse: «Cet événement n’est pas heureux pour la ville de Mons»

La faillite du club du RAEC Mons «n’est pas un événement heureux pour la Ville de Mons», a indiqué l’échevin montois des Sports Pascal Lafosse, soulignant qu’il était impossible d’octroyer des subsides publics dans une société anonyme gérant un club sportif.

La consternation règne à la Ville de Mons après la déclaration de la faillite du club de football du RAEC Mons, lundi matin. L’échevin montois des Sports, Pascal Lafosse, a exprimé sa a déception quant à la situation. «Cet événement n’est pas heureux pour la Ville de Mons qui voit un de ses deux clubs phares, avec le club de basket Belfius Mons Hainaut, en grandes difficultés», a indiqué Pascal Lafosse.

«Nous regrettons cet état de choses mais nous ne pouvons en tout cas pas investir de l’argent public dans une société anonyme qui gère un club de haut niveau. La ville de Mons a fait tout son possible pour aider le club au niveau des infrastructures, de la sécurité, d’aides pour l’énergie, etc. Un dossier est d’ailleurs validé, avec un subside régional, en enveloppe fermée, de 5 millions d’euros et une capacité d’emprunt de 3,3 millions d’euros pour la déconstruction des tribunes 3 et 4 et la reconstruction de la tribune 3. Les travaux doivent commencer au début 2016 mais, si le club est en faillite, je ne vois pas comment les subsides vont être débloqués».

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.