On a retrouvé Matthias Lepiller

À l’époque, les supporters eupenois ne manquaient jamais l’occasion de scander son nom à chaque coup-franc qu’il s’apprêtait à botter. Aujourd’hui, c’est en en Série B (D2 italienne), à Novara, que Matthias Lepiller fait parler de lui.

D.L.
On a retrouvé Matthias Lepiller
Matthias Lepiller Novara spovv

«Après mon passage à l'AS Eupen (NDLR: de janvier 2009, en D2, à juin 2011 après la saison en D1), je suis retourné à la Fiorentina, où j'étais sous contrat. On m'a prêté à l'Hellas Verone, club de Serie B et cela s'est plutôt bien passé pour moi.» Cet été, Matthias est revenu à la Fiorentina où il effectué toute la préparation avec La Viola. «Mais je voulais jouer et j'avais des propositions de différents clubs, notamment en Serie B. Alors, j'ai discuté avec le président et nous avons trouvé un accord pour une rupture de contrat.» Le Français pouvait alors se lier avec le club de Novara, pour une saison, plus une autre en option. «Cela se passe très bien pour moi», nous confie-t-il, lui qui compte 17 matches joués, trois buts et deux assists. «On a débuté le championnat avec 4 points de moins, suite à l'affaire du Calcioscommesse (l'affaire des matches truqués en Italie). Mais, après six défaites d'affilée et un changement d'entraîneur, on a sorti la tête hors de l'eau. Nous sommes désormais treizièmes (sur 22 équipes).»

À titre plus privé, Matthias s'épanouit dans le nord de l'Italie. « Novara est une belle petite ville, à proximité de Milan. Nous y sommes bien, Cécila (sa compagne), Stella (sa fille de 19 mois) et moi.» Quid de la Belgique? «Mis à part les soucis au niveau de la direction en fin de saison, je garde un très bon souvenir d'Eupen et de la Belgique. D'ailleurs, je ne serais pas contre un retour là-bas, si l'occasion se présentait…», ajoute encore l'attaquant qui, à l'époque, intéressait le Standard de Liège et La Gantoise. «Je suis toujours en contact avec Colinet, Werner, Milicevic, ou encore Vinamont. L'AS Eupen d'aujourd'hui? Je ne connais plus grand monde là-bas, si ce n'est Kocabas et Kabasele. Je sais aussi que le club a été racheté par les Qataris, mais c'est à peu près tout…»

D.L.