Remco Evenepoel: "Enfant, ma maman me coupait les cheveux comme Lucas Biglia"

Remco Evenepoel ouvre sa saison dimanche sur le Tour de San Juan, en Argentine. Un pays où le champion du monde est extrêmement populaire.

En Argentine

Sur les grands placards publicitaires en quatre par trois qui bordent l’Avenida de la Roza de San Juan, la capitale de la province du même nom située au Nord-Ouest de l’Argentine, le visage de Remco Evenepoel côtoie celui des champions du monde de football devenus héros nationaux depuis leur sacre qatari. Vainqueur sortant (2020) d’une épreuve annulée ces deux dernières années en raison de la pandémie mondiale, le Brabançon est la tête d’affiche du Tour de San Juan sur lequel il s’apprête à lancer, dimanche, sa saison arc-en-ciel. Une course de sept étapes (journée de repos jeudi) dont il sait que le profil lui correspond un peu moins que par le passé puisqu’elle, cette fois, dénuée de chrono et qu’il aborde sans pression.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...