Lefevere a ouvert la porte à un départ d'Alaphilippe, qui ne disputera pas forcément les Ardennaises !

Le Français veut être à 100% sur le Ronde et pourrait bien participer à plusieurs autres classiques pavées.

Quentin Finné
DE PANNE, BELGIUM - JANUARY 06 : Lefevere Patrick (BEL) General Manager with Alaphilippe Julian (FRA) of Soudal Quick-Step pictured during the Soudal Quick-Step family day at Plopsaland on January 6, 2023 in De Panne, Belgium, 6/01/2023 ( Photo by Jan De Meuleneir / Photo News
Julian Alaphilippe était le seul coureur masqué vendredi à La Panne. ©JDM

Masque vissé sur la bouche et isolé dans un coin de la salle où se tenait la présentation de l’équipe Soudal Quick-Step vendredi à La Panne, Julian Alaphilippe a quitté celle-ci bien avant ses équipiers. Affaibli depuis son réveil vendredi matin, le Français a zappé la rencontre avec la presse après avoir soufflé vouloir être “à 100 % sur le Tour des Flandres, premier grand objectif de la saison”.

guillement

"J'ai dit à Julian que s'il était fatigué de l'environnement, il pouvait nous quitter"

Si le programme révélé officiellement vendredi par son équipe s’ouvrira sur le Challenge de Majorque avant les Drôme et Ardèche Classics puis le tryptique italien Strade-Tirreno-Sanremo, il pourrait bien avoir ensuite un accent très flandrien. L’ex-double champion du monde pourrait en effet également s’aligner sur le GP de l’E3 et A Travers la Flandre. Il n'est, par contre, pas encore acquis qu'il disputera ensuite les classiques ardennaises. "Loulou" pourrait faire l'impasse sur la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège pour mieux préparer son deuxième objectif de la saison: le Tour de France. Il faut dire que la Grande Boucle s'élancera du Pays basque, lui offrant plusieurs étapes sur mesure durant la première semaine de course.

Alaphilippe se sait en tout cas attendu par son patron Patrick Lefevere qui avait déjà soufflé cet hiver que “quand on a un salaire de champion, il faut prester comme un champion”. Un discours qu’a renchéri le manager flandrien vendredi. “Il a eu de la malchance, c’est vrai, mais on ne peut pas se cacher derrière cela trop longtemps. Je veux revoir le Julian d’il y a deux ans. J’ai eu une discussion franche et sincère avec lui et lui ai fait comprendre que s’il était fatigué d’un environnement dans lequel il évolue depuis ses 17 ans il pouvait nous quitter, mais il m’a dit vouloir rester dans l’équipe.”

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...