Arnaud De Lie en favori du championnat de Belgique? "Plusieurs coureurs sont encore légèrement supérieurs à moi"

Le sprinteur wallon est revenu dans une forme éblouissante, de bon augure avant la course au maillot tricolore.

La Rédaction
Arnaud De Lie en favori du championnat de Belgique? "Plusieurs coureurs sont encore légèrement supérieurs à moi"

Six victoires et quinze top 10 en 27 jours de course: tel est le bilan exceptionnel d'Arnaud De Lie pour sa première saison chez les professionnels. Sur le Tour du Limbourg, le coureur originaire de la province du Luxembourg a écrasé une solide concurrence puisque des grands noms tels que Mark Cavendish (qui a chuté à 3 km de l'arrivée), Sam Bennett, Tim Merlier, Fernando Gaviria ou encore Giacomo Nizzolo étaient présents mais n'ont pas eu droit au chapitre.

De Lie, qui vient d'enchaîner sa troisième victoire consécutive après ses succès à la Marcel Kint Classic et la Flèche de Heist (recevant notamment les louanges de Mark Cavendish ), est sur un nuage depuis deux semaines. "Trois sur trois... c'est incroyable. J'avais ce lundi des jambes encore meilleures que celles de samedi", se félicitait celui que l'on surnomme désormais le Taureau de Lescheret, "quand je vois ma forme, c'est bon signe pour les courses à venir."

S'il est attendu sur À travers le Hageland samedi prochain, c'est surtout vers le championnat de Belgique que le jeune coureur a le regard tourné. À 20 ans et après avoir battu la plupart des meilleurs sprinteurs du monde ces derniers jours, il est déjà présenté comme l'un des grands favoris à la succession de Wout van Aert sur le National. À Middelkerke, le Wallon retrouvera un parcours plat avec un sprint attendu pour la remise du maillot tricolore.

Mais le coureur de Lotto Soudal préfère ne pas s'emballer: "Au championnat de Belgique, Wout van Aert sera également présent. À mes yeux, il est le meilleur coureur du peloton actuellement. Et puis, il y a encore Tim Merlier et Jasper Philipsen qui, sur ce genre d'arrivée, sont encore légèrement supérieurs à moi", a-t-il expliqué après sa victoire dans le Limbourg.

Dans une équipe Lotto Soudal qui pourra compter jusqu'à 17 coureurs (!), le Wallon ne sera pas non plus la seule carte maîtresse lors de ce National: "Je n'ose pas réclamer le leadership absolu. Mais si je suis toujours dans le coup dans le dernier tour, on jouera à fond ma carte", gardant le maillot tricolore dans un coin de sa tête: "Pour moi, ce serait un rêve qui se réalise." Face aux meilleurs sprinteurs belges et sur une des courses les plus attendues du calendrier, une victoire de De Lie serait sans aucun doute un nouveau palier franchi dans sa très jeune carrière.

En sauveur de Lotto

Il n'empêche que depuis le début de la saison, Arnaud De Lie a revêtu le costume du sauveur inattendu pour l'équipe Lotto Soudal dans la lutte contre la relégation. Le coureur de la province du Luxembourg a récolté 1 340 point à lui tout seul, soit quasiment autant que l'équipe EF Education-EasyPost dans son ensemble (1 461). Dans la formation Lotto Soudal, il est de très loin le coureur qui a ramené le plus de points, Tim Wellens (578 points) et Victor Campenaerts (369 points) suivent à très bonne distance. Caleb Ewan, sprinteur numéro un de l'équipe belge ne pointe qu'en cinquième position avec seulement 321 points récoltés, après un début de saison décevant. Sans lui, on peut d'ores et déjà affirmer que l'équipe belge vivrait ses derniers mois dans le peloton WorldTour.

Primordial pour son équipe depuis le début de saison, De Lie ne semble en aucun cas souffrir de cette attention soudaine: "Concernant les points WorldTour, je ne reçois aucune pression de la part de mon équipe", expliquait De Lie dans son journal de bord dans les colonnes de la DH le mois dernier, "pour moi cela ne change rien: j'ai l'habitude de me donner à fond pour chaque place. Je vais continuer à faire mon maximum sur chaque course."

Après le championnat de Belgique, il est malgré tout déjà assuré que De Lie ne disputera pas le Tour de France. À 20 ans et pour sa première saison parmi les grands, la Grande Boucle est sans doute encore une marche trop haute pour le coureur qui n'a pas couru plus de... trois jours consécutifs depuis le début de saison. Le leadership sur la Grande Boucle sera donc logiquement confié à Ewan. Mais l'Australien sera attendu au tournant après un Giro raté. Au risque de rapidement voir le jeune Belge lui passer devant dans la hiérarchie des sprinteurs au sein de l'équipe belge.

Malgré des débuts de rêve dans le peloton, le coureur wallon et son équipe ne veulent pas brûler les étapes: "Le Tour, je le suivrai à la télévision, la Vuelta n'est également pas prévue mais cela peut encore changer. Mais honnêtement, je ne préférerais pas", déclarait-il la semaine dernière dans les pages du Nieuwsblad, "physiquement, je ne suis pas prêt à affronter trois semaines de course."

D'autant que durant cette période, Lotto Soudal aura encore bien besoin de sa pépite pour gagner un maximum de points et ainsi assurer la place de l'équipe belge au sein de l'élite du cyclisme mondial pour les trois prochaines années.

Tour de France