Tour d’Espagne: coup double de Rein Taaramäe lors de la 3e étape

Rein Taaramäe (Intermarché-Wanty Gobert Matériaux) a remporté en solitaire la 3e étape du Tour d’Espagne, qui a relié Santo Domingo de Silos au Picón Blanco sur 202,8 km lundi.

Tour d’Espagne: coup double de Rein Taaramäe lors de la 3e  étape

Le coureur estonien de 34 ans s’est imposé en solitaire à l’occasion de cette première arrivée au sommet de la Vuelta 2021, et prend le maillot rouge de leader du classement général.

Taaramäe l’a emporté avec 21 secondes d’avance sur l’Américain Joe Dombrowski (UAE Team Emorates) et 36 sur le Français Kenny Elisonde (Trek-Segafredo).

Double tenant du titre, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma), maillot rouge depuis sa victoire dans le chrono de la 1e étape samedi, a franchi la ligne d’arrivée en 7e position à 1:48. Il cède son maillot de leader à Rein Taaramäe, qui avait 1:28 de retard au général au départ de l’étape.

Mardi, la 4e étape conduira le peloton d’El Burgo de Osma à Molina de Aragón sur 163.9 km. Cette 76e édition de la Vuelta s’achèvera le 5 septembre à St-Jacques de Compostelle.

Roglic ne se soucie pas de la perte du maillot de leader

Primoz Roglic a remporté le contre-la-montre d’ouverture de la Vuelta et a porté le maillot de leader depuis lors. Lundi, il a dû le céder à Rein Taaramäe vainqueur de la 3e étape au Picon Blanco. «Que nous ayons perdu le maillot est tout simplement bon pour nous. Mes coéquipiers ont roulé toute la journée, et ils ont effectué un super bon travail», a avancé le Slovène bien qu’il ait été isolé sur la fin et que les leaders de l’ombre Steven Kruijswijk et Sepp Kuss aient perdu du temps.

«La journée s’est parfaitement déroulée pour nous. Tout s’est bien passé en cours de route et je suis satisfait. Il y avait beaucoup de vent dans la montée, ce qui a même rendu l’air un peu froid. Surtout après la chaleur de ces derniers jours, il a fallu s’adapter. C’était une montée raide et difficile, mais le résultat ne dit pas grand-chose. Il y a encore beaucoup d’étapes difficiles à venir. Je suis satisfait de mes propres performances. Cela va de mieux en mieux. C’est évident que je peux encore grimper, ce qui est agréable à voir», a conclu le leader Jumbo-Visma, double vainqueur de la Vuelta.

Rein Taaramäe: «Je rêvais d’avoir le maillot de leader d’un grand tour

«J’ai un directeur sportif très intelligent, Valerio Piva, et hier nous avons parlé d’essayer de gagner l’étape et de prendre le maillot de leader», déclare Rein Taaramäe, membre de la bonne échappée de huit coureurs qui s’est formée en début d’étape.. J’ai beaucoup cru en moi aujourd’hui parce que je suis en forme. Tout dépendait du peloton et de savoir s’ils allaient nous reprendre. Quand j’ai vu qu’on allait le faire, je me demandais à quel point Joe Dombrowski et Kenny Elissonde seraient forts. Les autres étaient aussi très bons mais je sais que Joe et Kenny sont des coureurs de grande qualité. Mais je croyais en moi, car je les avais déjà battus. Quand j’ai gagné une étape du Giro (2016), Joe était 3e. Et maintenant, nous nous battions à nouveau l’un contre l’autre», dit le coureur estonien, qui prend le maillot rouge à Primoz Roglic.

«C’est énorme (d’être leader de la Vuelta) parce que j’ai 34 ans et il ne me reste plus beaucoup d’années», dit Rein Taaaäe. «J’avais gagné une étape de la Vuelta (en 2011), une du Giro, mais je rêvais d’être en tête d’un grand tour, de profiter du maillot au moins quelques jours et de sentir ce que ça fait. Je suis passé près sur le Giro lorsque Dombrowski a remporté la 4e étape. Je suis très très content d’avoir réussi aujourd’hui».

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.