Avec 37 points, Wembanyama impressionne pour son 1er match devant toute la NBA (vidéo)

Victor Wembanyama, annoncé comme le N.1 de la prochaine draft NBA, a assumé ce statut en montrant un aperçu de son immense talent, mardi pour son premier match aux États-Unis, devant plus de 200 représentants de la Ligue venus le scruter à Henderson (Nevada).

AFP
 Victor Wembanyama.
Victor Wembanyama. ©AFP

Finalement battu (122-115) avec les Metropolitans de Boulogne-Levallois par la G-League Ignite, une équipe en partie composée de jeunes talents, susceptibles comme lui d’être sélectionnés par une franchise en 2023, l’intérieur français a rendu une copie excellente avec 37 points (7 tirs primés sur 11) et 5 contres, qui ont illustré son efficacité offensive et sa grande capacité de dissuasion défensive.

En leader qu’il est déjà à seulement 18 ans, c’est lui qui a montré la voie à ses coéquipiers après la pause, rejointe avec 19 unités de retard (71-52), pour réussir un saisissant come-back dans le 3e quart-temps, durant lequel il a inscrit pas moins de 17 points.

"Notre équipe avait besoin que quelqu’un élève son niveau de jeu, j’ai pris cette responsabilité, je devais jouer mon rôle, car je ne voulais pas perdre, je déteste ça", a réagi après-coup le Français, imperméable à l’engouement dont il fait l’objet et à la pression qui en résulte.

Lui-même la veille estimait que ce match et la revanche prévue jeudi seraient "les plus importants de (sa) vie sur le plan de l’exposition au niveau mondial". Et il était donc hors question de se louper devant les dirigeants et recruteurs des 30 franchises de la NBA, qui s’étaient donné rendez-vous au Dollar Loan Center, au même titre les stars des Phoenix Suns, Devin Booker et Chris Paul.

Dans une salle de 5.000 places environ remplie de moitié, tous l’ont vu réussir son entame de match. Cinq premières minutes durant lesquelles l’intérieur culminant à 2,21 m a affiché l’étendue de sa palette.

Une envergure de … 2,43m

D’abord en défense, avec un contre infligé à Sidy Cissoko (7 pts), le seul Français membre de l’Ignite, puis en grappillant un ballon grâce à son envergure hors normes (2,43 m). En attaque ensuite avec un mouvement dos au panier, un alley-oop et une première banderille derrière l’arc.

Mais, il a connu un trou d’air eu deuxième quart-temps, bousculé à l’impact physique. Notamment par Scoot Henderson, son rival désigné dans la lutte au sommet de la draft, auteur lui aussi d’une très solide performance (28 pts, 9 passes).

Son double pas inversé, en contournant Wembanyama, symbolisa alors sa domination passagère dans leur duel à distance.

"Victor a été surpris par l’agressivité portée sur lui en première période. Il n’était pas prêt et il doit apprendre de ça. Mais en seconde période... C’est incroyable ce qu’il peut faire avec sa taille, son agilité, son shoot. Il a fait un très bon match, vraiment", a applaudi son entraîneur Vincent Collet.

Wembanyama a en effet démontré une grande capacité de réaction et d’ajustement, en prenant plus de tirs extérieurs, sans oublier de répondre de façon autoritaire à Henderson dans le dernier quart-temps, avec un contre spectaculaire qui a envoyé au sol son rival parti au dunk et un message à l’attention des observateurs.

Une force de caractère traduite par 11 points dans le money-time, qui ont entretenu le suspense, lorsque l’Ignite a repris de l’avance, après avoir été une première fois mené (95-93), même si la victoire n’a pas été au bout.

"C’était une super expérience, il me tarde de remettre ça dans deux jours", a conclu Wembanyama, bien décidé à enfoncer le clou.