Coupe du monde: la Belgique, privée d’Emma Meesseman, a fini par céder face à la Chine

La Belgique s’est inclinée face à la Chine 55-81, mardi dans son cinquième et dernier match du groupe A de la Coupe du monde de basket féminin, mardi à l’Olympic Park Sports Center de Sydney en Australie.

Belga
 Billie Massey et les Belgian Cats n’ont pas réussi à bousculer la solide équipe chinoise.
Billie Massey et les Belgian Cats n’ont pas réussi à bousculer la solide équipe chinoise. ©BELGA 

Désormais privées de leur meilleure joueuse et capitaine Emma Meesseman, blessée au mollet gauche la veille face à la Bosnie-Herzégovine, les Cats, menées 28-35 à la mi-temps, ont offert une bonne réplique pendant les trois premières périodes avant de s’incliner nettement devant une formation chinoise très physique et complète qui est la révélation du tournoi.

Chinoises et Belges étant assurées de leur place en quarts de finale avant leur rencontre, l’enjeu de celle-ci était la deuxième place du groupe qui permet d’éviter une des deux premières équipes du groupe B à l’entame de la phase par élimination directe. À la suite de sa défaite, et d’un bilan global de trois victoires et deux revers, la Belgique est donc certaine d’être opposée jeudi en quarts à la formation classée première ou deuxième de l’autre groupe. Ce sera déterminé par tirage au sort ce mardi (14 h 30 belges). Avant les rencontres de l’ultime journée, ce mardi, les quatre adversaires potentiels étaient le Canada, la France, l’Australie et la Serbie.

Sans Meesseman, Valéry Demory a dû revoir son cinq de départ. Becky Massey et Hind Ben Abdelkader étaient associées aux habituelles Julie Allemand, Antonia Delaere et Kyara Linskens. Encouragées notamment par Wout van Aert et sous les yeux de la légende chinoise de la NBA Yao Ming, les Cats furent d’emblée dans le coup dans cette rencontre (8-4 à la 4e) qui débuta sur un rythme et un engagement élevés. Cela ne favorisa pas l’adresse des deux équipes (5/18 pour les Belges dans le premier quart, 7/20 côté chinois). Après une première égalisation (8-8), les Belges reprirent leurs distances (14-10) mais un 0-7 chinois renversa la donne à la fin de la première période (14-17). Meng Li (16 pts au total) commença à trouver la cible, comme la grande Xu Han, et l’écart grimpa (16-21 à la 12e et 18-27 à la 16e et 24-35 à la 18e). Dominées physiquement, les Cats tentaient de compenser par leur vitesse au détriment de la précision (0/6 à 3 pts avant la pause et 5/14 aux tirs dans le 2e quart) et des turnovers. Au repos, la Belgique virait à moins 7 (28-35).

Les Cats sont bien revenues sur le parquet (33-35) avant que les Chinoises ne filent à 33-44 à la 23e. Les deux équipes continuaient à se dépenser sans compter et à défendre avec acharnement. On manquait beaucoup de paniers faciles de part et d’autres. À ce jeu, la Belgique recolla néanmoins à 40-44 à la 27e. La Chine reprit ensuite ses distances au moment d’aborder le dernier quart (45-54) et insista (47-63, à la 33e). Les Cats n’avaient plus les moyens de résister (52-73, 35e) et s’inclinèrent logiquement après avoir concédé un 10-27 dans les dix dernières minutes.

Kyara Linskens (14 pts et 6/14, 7 rebs) a encore été la Belge la plus en vue alors que les arrières Julie Allemand (7 pts) et Hind Ben Abdelkader (2 pts) ont été très maladroites (1/8 aux tirs) à l’instar de l’ensemble de l’équipe qui n’a réussi que 20 tirs sur 61 dont à peine 16/42 à deux points.

Les Belgian Cats avaient débuté cette Coupe du monde par une défaite contre les États-Unis (87-72) jeudi avant d’aligner trois victoires aux dépens de la Corée du Sud (84-61) vendredi, de Porto-Rico (68-65) samedi, et de la Bosnie-Herzégovine (85-55) lundi.

Les Belges disputent leur deuxième Coupe du monde consécutive. Elles avaient pris une surprenante 4e place du Mondial 2018 à Tenerife (Espagne).