À 13 ans, Aaron signe au Real de Madrid

Aaron Ona Embo poursuivra sa scolarité et son rêve de basketteur dans le prestigieux club espagnol.

Christophe Kugener
 C’est un club de prestige que rejoint Aaron Ona Embo.
C’est un club de prestige que rejoint Aaron Ona Embo.

C’est à un rêve éveillé que Aaron Ona Embo va bientôt participer. Le jeune Bruxellois qui a débuté le basket à Ganshoren, puis au Royal IV Brussels (4 ans) ensuite à United Basket Woluwe (4) et au Centre de Formation AWBB vient de signer au Real de Madrid. Courtisé par l’ASVEL (France) et par un club italien, le meneur avait fait forte impression à un tournoi disputé en mai dernier. Sous les couleurs de Malaga (pour qui il passait un test), il avait ébloui l’assistance, battu le Real en demi-finale et terminé MVP du tournoi.

À son retour en Belgique, Aaron et ses parents seront contactés par le prestigieux club madrilène. "À la base, le coach U15-U18 de l’ASVEL le voulait vraiment mais il y a eu du changement et des hésitations en interne du côté français, rapporte Michael le paternel. Il faut se dire aussi que le tournoi en Espagne nous a marqués très positivement. Même en jeunes, c’est une tout autre dimension qu’ici. On sent une sacrée culture basket en Espagne. Les infrastructures du club sont fantastiques et le directeur technique du Real a eu les mots justes. Il nous a directement inspiré confiance. Il souhaite que notre enfant s’épanouisse dans tous les domaines."

Michael Ona Embo a eu ses apaisements aux plans scolaire et sportif: "Aaron aura 1h15 d’espagnol tous les jours. Au début, il aura des cours adaptés. Il s’entraînera deux fois par jour avec ses coéquipiers et jouera dans sa catégorie et celle juste au-dessus. Il sera aligné en championnat espagnol, en Coupe et en Copa del Rey."

L’accord lie les parties pour trois saisons avec deux en option. Les parents ont voulu joindre l’utile à l’agréable. "On n’a pas forcé Aaron à prendre sa décision. Il a toujours pris le basket fort au sérieux en s’astreignant à des séances individuelles et en prenant soin de son corps, notamment au niveau de l’alimentation. Récemment, il a été blessé mais il n’est pas demeuré inactif, il a travaillé d’autres parties de son corps. Quoi qu’il arrive, pour sa mère et moi, c’est d’abord l’école. Il faut la sécurité, c’est-à-dire un diplôme si jamais le basket ne marche pas."

Les parents auront le loisir de venir voir leur progéniture à plusieurs reprises dans la capitale espagnole. "Il aura sans doute des coups de mou comme quand il a intégré le Centre AWBB mais sa maman l’a rassuré au téléphone. On ira le voir évidemment en Espagne."

Aaron partira fin août. "C’est pour nous, ses parents, que ça risque d’être le plus dur. Dans sa tête, lui, il veut être pro et veut tout faire pour y parvenir. Le Real lui offre une chance. Qu’il profite de l’expérience", conclut Michael Ona Embo.