Gauthier Boccard sur ses gardes avant de défier la Nouvelle-Zélande: "Une nation structurée"

Gauthier Boccard et les Red Lions ont regardé attentivement le cross-over entre l'Inde et la Nouvelle-Zélande dimanche, qui a tourné en faveur des Black Sticks à l'issue d'une palpitante séance de shoot-outs.

Belga
Belgium's head coach Michel van den Heuvel and Belgium's Gauthier Boccard pictured during a training session of the Belgian national hockey team, the Red Lions, at the 2023 Men's FIH Hockey World Cup in Bhubaneswar, India, Sunday 22 January 2023. Belgium finished 1st in the group stage.
BELGA PHOTO DIRK WAEM
BELGA PHOTO DIRK WAEM

Ce sont donc les Kiwis qui se dresseront sur la route des Red Lions en quarts de finale de la Coupe du monde de hockey mardi à Bhubaneswar (14h30 belges).

"C'est une bonne chose d'éviter l'Inde à domicile mais il ne faudra pas sous-estimer la Nouvelle-Zélande car entre ce qu'elle a montré lors de la phase de groupes et dimanche, il y a une grande différence", a prévenu Gauthier Boccard lundi lors d'un temps de presse.

Le défenseur a dressé le portrait du futur adversaire belge, qui a débuté son tournoi par une victoire contre le Chili (3-1) avant de perdre contre les Pays-Bas (0-4) et la Malaisie (2-3) pour finir 3e du groupe C. "Certains joueurs ont évolué en Europe et ont beaucoup d'expérience. C'est une nation très structurée, avec 3 ou 4 grosses individualités dans le milieu de terrain. Cette victoire contre l'Inde a pu leur donner un coup de boost mais ils y ont peut-être laissé un peu d'influx, ça peut jouer en notre faveur."

Contre la 10e nation mondiale, l'homme aux 264 matchs chez les Red Lions aspire surtout à davantage de stabilité au niveau des changements après un premier tour marqué par les blessures et absences successives de John-John Dohmen, Arthur Van Doren, Simon Gougnard et Alex Hendrickx, toujours incertain pour la suite du tournoi.

"Si on peut garder nos 16 joueurs pendant tout le match, cela pourrait nous aider à gagner ce quart. On a besoin de stabilité dans les rotations, de mettre les joueurs à leur place. Même si Craig Fulton (l'adjoint, ndlr) prépare plusieurs scénarios différents et que nous devons rester flexibles, c'est toujours un casse-tête de perdre quelqu'un en cours de match", a expliqué Boccard, en évoquant notamment les replacements de Nicolas de Kerpel en défense ou de Florent van Aubel au milieu.

Si Alex Hendrickx venait à ne pas pouvoir continuer le tournoi, il devrait être remplacé par Maxime Van Oost, défenseur comme l'Anversois. "J'ai un rapport particulier avec Max car je l'ai coaché entre ses 13 et 18 ans", a ajouté celui qui partage désormais le vestiaire du Watducks avec son cadet. "Intégrer l'équipe en quarts de finale de Coupe du monde, c'est quand même quelque chose. Ce serait extraordinaire pour un ket comme lui et il le mériterait, même si je serai aussi très triste pour Alex", a ponctué Boccard, 31 ans.

Alexander Hendrickx va se tester à l'entraînement

lexander Hendrickx participera à la séance d'entraînement des Red Lions lundi à la veille de défier la Nouvelle-Zélande en quarts de finale. Sorti blessé contre le Japon vendredi, le défenseur va pouvoir tester son genou droit.

Hendrickx, sleeper désigné des Red Lions et meilleur buteur des derniers Jeux Olympiques avec 14 buts, avec 13 pc et 1 stroke, est sorti blessé dès le premier quart-temps du match face au Japonais, percuté par le premier sorteur Yamada Shota.

Le défenseur de 29 ans, qu'on a aperçu dimanche avec un tape apposé au genou droit et sans difficulté apparente pour marcher, a passé une IRM dimanche à Bhubaneswar, dont les résultats n'ont pas été dévoilés.

Le staff technique belge peut attendre jusqu'à 1h30 avant le match de mardi (14h30 belges) contre les Black Sticks pour éventuellement remplacer, définitivement, Alexandre Hendrickx. La logique voudrait que son suppléant soit Maxime Van Oost, défenseur comme l'Anversois.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...