Victime des attentats de Bruxelles, Sébastien Bellin a réussi son pari: finir l’Ironman d’Hawaï

L’Ironman d’Hawaï c’est bien sûr les meilleurs triathlètes au monde rassemblés dans un endroit idyllique pour se disputer le titre tellement convoité de champion(ne) du monde d’Ironman, mais c’est aussi souvent de belles histoires de vie qui peuvent se cacher derrière les quelque deux ou trois mille amateurs engagés dans les catégories d’âge. Celle de Sébastien Bellin en fait certainement partie.

Belga
 L’ancien basketteur de haut niveau a réalisé son pari le plus fou.
L’ancien basketteur de haut niveau a réalisé son pari le plus fou. ©3athlon

L’ancien basketteur de haut niveau a été touché de plein fouet par une des bombes terroristes lors de l’attentat de mars 2016 à l’aéroport de Zaventem. Touché dans sa chair mais non dans son âme, l’ancien Belgian Lion, joueur entre autres d’Anvers, Ostende et Mons, a subi depuis lors une dizaine d’opérations aux jambes et à la hanche. Durant chaque revalidation, Bellin se fixait des objectifs, considérés par beaucoup comme irréalisables vu son handicap, mais qui ne quittaient jamais l’esprit du sportif. Il réussissait d’abord à terminer les 20 km de Bruxelles en 2018 avant de franchir la ligne d’arrivée du Brussels Airport Marathon - déjà un beau pied de nez - quelques mois plus tard. 

Samedi, il a réalisé son pari le plus fou: finir l’Ironman d’Hawaï au bout de 14 heures et 39 minutes d’effort. "Si impossible que le défi puisse paraître, relevez-le étape par étape. Cela a été un objectif personnel pour moi et cela fait plaisir que des gens me prennent en exemple", avait exprimé Bellin à l’époque de son premier marathon de Bruxelles.

Outre les deux triathlètes professionnels et Bellin, 101 amateurs belges ont disputé samedi l’Ironman d’Hawaii dans leurs catégories d’âge respectives. Parmi eux, seuls deux sont montés sur un podium: Tom De Bruyn a décroché le titre mondial en 35-39 ans, devançant en 8h41:30 le Brabançon Guillaume Montoisy, médaillé d’argent en 8h49:05.