L’Américain Justin Thomas remporte le Championnat PGA pour la 2e fois

L’Américain Justin Thomas, 9e mondial avant le tournoi, a remporté le Championnat PGA pour la deuxième fois de sa carrière, cinq ans après son premier sacre, dimanche à Tulsa (Oklahoma).

Belga
 Justin Thomas a remporté le Championnat PGA pour la deuxième fois de sa carrière.
Justin Thomas a remporté le Championnat PGA pour la deuxième fois de sa carrière. ©AFP

Le golfeur de Louisville (Kentucky), âgé de 29 ans, a été sacré après avoir pris le meilleur sur son compatriote Will Zalatoris au meilleur de trois trous de play-offs, les deux concurrents ayant fini le 4e et dernier tour à égalité, sur le parcours de Southern Hills.

Thomas, qui s’adjuge son 15e titre sur le circuit nord-américain, a mis fin à 14 mois de disette, sa précédente victoire datant de mars 2021 au Players Championship.

Il a fait la différence au 2e trou de play-off, sur le par 4 du N.17. Son drive a atterri directement sur le green, quand celui de Zalatoris s’arrêtait en dehors, près du bunker. Ce dernier s’est tout de même approché suffisamment pour viser un birdie. Objectif manqué, au contraire de Thomas qui prenait là un grand ascendant psychologique.

Il ne l’a pas lâché sur le N.18, assurant le par, sans que son rival ne fasse mieux que lui.

Sobrement, il n’a pas exulté, mais n’a pu retenir quelques larmes dans les bras de sa compagne venue l’enlacer.

"C’était une journée bizarre. J’ai fait des birdies. Je suis resté tellement patient et je n’arrivais pas à croire que je me retrouvais à jouer un play-off", a-t-il commenté à chaud.

Son dimanche aura été de rêve, car s’il était le mieux placé des favoris pour triompher, il comptait pas moins de sept coups de retard au tee. Ce faisant il a égalé un record: celui du plus grand come-back de l’histoire dans un dernier tour, jusqu’alors détenu par le seul John Mahaffey, vainqueur du PGA Championship en 1978.

Sa détermination, son golf délicieux, son expérience, ont récompensé "JT", qui peut aussi remercier Guillermo "Mito" Pereira.

Le quasi-inconnu chilien, qui disputait seulement son deuxième tournoi Majeur, était en tête depuis le 3e tour. Il a tenu la distance, malgré les rapprochés de ses concurrents, jusqu’à craquer au pire moment.

Il pourra regretter d’avoir frôlé le birdie au N.17, qui l’aurait probablement assuré d’une victoire, son putt s’arrêtant au bord du trou, bloqué par on ne sait quoi, sinon peut-être des pattes de fourmis invisibles.

Des fourmis, il en a en revanche eu dans les mains, quand son drive a envoyé la balle dans la rivière, sur le chemin du dernier trou. Au final, il a concédé un double-bogey et vu ses rêves de sacre Majeur historique s’effondrer brutalement.

"C’est difficile de finir comme ça. J’avais très bien joué toute la semaine. Vous avez tellement de pression dans tout votre corps que vous ne savez peut-être même pas ce que vous faites", a-t-il déploré au micro de CBS, à chaud.