«Toma? Une maturité exemplaire…»

Koen Sleeckx, le directeur technique néerlandophone, regrette l’absence de Nikiforov à Sofia.

Guy Beauclercq
 Victime d’une fracture à une côte le 3 avril, à Antalya, Toma Nikiforov est forfait pour «son» Euro.
Victime d’une fracture à une côte le 3 avril, à Antalya, Toma Nikiforov est forfait pour «son» Euro. ©BELGA

Un seul judoka manque et cet Euro, à Sofia, n’aura pas la même saveur. Victime d’une fracture à une côte le 3 avril, à Antalya, Toma Nikiforov a déclaré forfait pour ce rendez-vous, auquel il tenait tant. Le Bruxellois devait, en effet, y défendre son titre datant de l’an dernier, à Lisbonne, après celui de 2018, à Tel Aviv. Et ce, dans une salle se situant à deux cents mètres de la maison de ses grands-parents. On le sait: il n’y a pas plus Belge que Toma qui, depuis 2010, défend nos couleurs sur les tatamis des quatre coins du monde et depuis 2014, celles de l’Armée en tant que sportif d’élite. Mais voilà, le sort s’est acharné sur lui avec cette blessure qui l’a contraint à déclarer forfait.