Les frères Borlée, après l’annonce de leur retraite après les JO 2024: « Une médaille aux Jeux Olympiques, ce serait le sommet »

Kevin Borlée et son frère ont dévoilé leur dernier objectif après l’annonce de leur retraite en 2024.

Belga
 Kevin et Jonathan Borlée, deux icônes de l’athlé belge, quitteront les pistes après les JO à Paris où ils nourrissent de grandes ambitions.
Kevin et Jonathan Borlée, deux icônes de l’athlé belge, quitteront les pistes après les JO à Paris où ils nourrissent de grandes ambitions. ©BELGA

Kévin Borlée, capitaine de route du relais 4x400 mètres, est toujours résolument ambitieux alors que lui et son jumeau Jonathan ont annoncé ce lundi qu’ils mettront un terme à leur carrière dans la foulée des Jeux Olympiques 2024. Avec 16 médailles en 30 finales internationales, les Belgian Tornados ont l’ambition de combler un vide dans leur palmarès en décrochant, à Paris, une médaille olympique.

"C’est celle qui nous manque", a lancé tout de go Kévin Borlée, présent aux côtés de Jonathan et de son père et entraîneur Jacques. "Si tout se met en place et que l’on peut atteindre cet exploit, ce serait le sommet. Mais vous avez beau être entièrement prêt, remporter une médaille olympique n’arrive pas comme ça. Prenez exemple sur les Pays-Bas. Ils sont médaillés olympiques à Tokyo puis ne parviennent pas en finale des Mondiaux un an plus tard à Eugene." Avec leur frère Dylan mais aussi Julien Watrin, Jonathan Sacoor et Alexander Doom, le groupe des Tornados semble compétitif et homogène.

Avec trois quatrièmes places, à Pékin en 2008, Rio en 2016 et Tokyo en 2021, ainsi qu’une cinquième place à Londres en 2012, les Tornados ont toujours tourné autour de ce podium olympique. "Cette perspective de podium est une source de motivation", a expliqué Kévin, insistant aussi sur le fait qu’une cinquième participation de rang aux Jeux était aussi exceptionnelle. "Nous avons entièrement confiance en nos staffs et entourages, ils nous apportent énormément de sérénité. Nous sommes persuadés de pouvoir encore être performants à Paris."

Kévin Borlée, contrairement à son frère Jonathan qui a connu une saison 2022 compliquée, n’a pas évoqué d’éventuels doutes quant à la poursuite de sa carrière. "Savoir qu’il nous reste deux ans et faire en sorte que ces deux saisons incroyables vont peut-être nous libérer", a estimé le spécialiste du tour de piste, qui n’a pas concerté son frère au moment de prendre sa décision.

"On a chacun eu des hauts et des bas. M’imaginer continuer sans Jonathan a été particulier et peut-être y avait-il une crainte de ma part à ce niveau-là, mais ce n’est pas le cas", a-t-il souri. "On va relever ce défi ensemble, ça fait plaisir. Quoi qu’il arrive dans les deux prochaines années, on va se serrer les coudes", a ponctué Kévin Borlée, habité par une "grosse motivation".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...