De l’or et encore de l’or pour Nafissatou Thiam à l’Euro de Munich

En deux étés, la Namuroise a décroché les titres olympique, mondial et européen. Brillant !

Guy Beauclercq

En évoquant Nafissatou Thiam, les journalistes français ont pour habitude de parler de "double double". Et bien, ils peuvent en changer et désormais qualifier la Namuroise de "triple double".Oui, double championne olympique, du monde et, désormais, d’Europe. En décrochant ce nouveau titre, ce jeudi soir, à Munich, après un 800m humide et parfaitement géré (2:17.95), un mois après les Mondiaux d’Eugène (Etats-Unis), la Namuroise a démontré qu’elle était bien la reine de l’heptathlon. Elle a totalisé 6628 points, soit 96 de plus que Sulek, médaillée d’argent.

L’autre Belge engagée, Noor Vidts, a tout donné dans le dernier tour de piste mais a malheureusement échoué au pied du podium final (4e), avec 6467 points, soit 48 de moins que la Suissesse Kälin, médaillée de bronze.

Des hauts et des bas

Qui doutait du règne de la reine de l’athlétisme mondiale? Pas elle, en tout cas. Et pourtant, en passant de l’état de grâce que Nafissatou Thiam a connu, mercredi, à la hauteur (1,98 m) à sa contre-performance, le lendemain matin, à la longueur (6,08 m), il y avait de quoi se poser des questions.

Après une courte nuit, entre ses deux journées de compétition, elle a, en tout cas, connu un réveil très délicat à la longueur, l’une de ses spécialités. Loin de la planche (26 cm) à son premier essai, mesuré à 6,08 m, notre championne a manqué ses deux sauts suivants. C’était loin de ses 6,59 m au Mondial américain, et de ses 6,63 m au National, à Gand, sans même évoquer son record de Belgique à 6,86 m.

Visiblement un problème de marques ou de jambes. Au soir de la première journée, Nafi avait en effet avoué ressentir beaucoup de tensions musculaires, ajoutant:"Je pense que ce sera pire demain".

Et ce le fut donc lors de cette course d’élan au concours à la longueur, remporté par la Suissesse Kälin avec 6,73 m, devant la Polonaise Sulek (6,55 m), alors que Noor Vidts s’était classée quatrième, avec 6,31 m…

La rage pour une 11e médaille internationale

Nafissatou Thiam a immédiatement tourné la page. D’autant plus vite que se profilait le lancer du javelot, où elle devait s’appliquer. Engagée dans le groupe A, Noor Vidts avait signé un nouveau record personnel à 41,82 m, lui permettant d’encore croire au podium. Mais le coup de théâtre vint dès l’entame du groupe B quand Anouk Vetter, vice-championne olympique et mondiale, annonça son abandon. La Néerlandaise est blessée au tendon d’Achille. L’usure, sans doute, comme le décathlonien français Kevin Mayer, se relevant dès la première épreuve.

Dans la foulée, Nafi manqua son premier lancer au javelot: hors zone. Mais, encore une fois, elle n’a pas paniqué. Et elle assura son deuxième essai, mesuré à 48,89 m. Si le troisième fut moins bon (44,81 m), elle avait rassuré, prouvant qu’elle est décidément une incroyable compétitrice. Car il faut être animé d’une sacrée rage de vaincre pour l’emporter ainsi et décrocher sa onzièmemédaille internationale depuis 2014, année où elle décrocha le bronze européen, à Zurich.