La drôle d’explication de Cynthia Bolingo sur son faux-départ au 400m: «La faute à une guêpe»

Cynthia Bolingo sera la seule Belge en finale du 400 m des championnats d’Europe d’athlétisme mercredi soir à Munich. Et cela malgré avoir provoqué juste avant un faux départ.

Belga

Dans son troisième 400 m de la saison, la Bruxelloise de 29 ans a réussi à terminer 2e de sa course en 50.83, le 4e chrono de sa carrière et le meilleur en 2022. Et cela malgré avoir provoqué juste avant un faux départ, finalement sanctionné d’un avertissement et non d’une disqualification.

"Je veille toujours au suspense", a réagi Bolingo avec un large sourire. "Mais le faux départ n’était en fait pas de ma faute. Il y avait une guêpe sur moi. En fait, la guêpe tournait autour de moi. Au moment où le départ a été donné, la guêpe s’est approchée très près de mon visage. Ça m’a fait perdre l’équilibre. Je pense que le jury l’a vu sur les images et c’est pourquoi je n’ai reçu qu’un avertissement et non une disqualification. Je n’ai pas été surprise par le faux départ. J’ai immédiatement compris que c’était à cause de moi."

Nous verrons ce qu’il reste dans mes jambes

Bolingo a été écartée des pistes pendant une longue période cette saison en raison d’une déchirure à l’ischio-jambier droit survenue le 26 février dernier aux championnats de Belgique en salle et d’une opération. Elle a donc également manqué les championnats du monde à Eugene, aux États-Unis, au mois de juillet. "Je suis donc extrêmement heureuse de cette place en finale. C’était mon grand objectif. Tout le travail que j’ai fourni pour la rééducation porte ses fruits maintenant. J’étais au couloir extérieur. Je trouve cela très difficile. Mais ça a quand même marché. La course s’est bien passée. J’ai vu dans la dernière ligne droite que seule Femke Bol était devant moi et j’ai tout donné."

Bolingo attend avec enthousiasme la finale de mercredi. "Tout le monde a dû se battre pour accéder à la finale. Les compteurs seront remis à zéro. Nous verrons ce qu’il reste dans mes jambes. Si je suis inquiète de la succession des courses? Non, je ne le suis pas. C’est comme ça dans les championnats. Je dois être capable de faire face à cela."