Tensions à la Ligue francophone d’athlétisme: Valérie Glatigny va demander un audit externe

Valérie Glatigny, ministre des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, va demander un audit externe sur la Ligue belge francophone d’athlétisme, secouée depuis quelques mois par des conflits internes.

La Rédaction de L'Avenir
 Valérie Glatigny a annoncé qu’elle va demander un «audit externe qui portera sur les aspects financiers et administratifs» de la Ligue francophone d’athlétisme.
Valérie Glatigny a annoncé qu’elle va demander un «audit externe qui portera sur les aspects financiers et administratifs» de la Ligue francophone d’athlétisme. ©BELGA

"Ces faits nuisent à l’image de l’athlétisme en Fédération Wallonie-Bruxelles", a expliqué Mme Glatigny, soulignant qu’il s’agit d’une "véritable saga qui remonte encore à des faits très anciens, avec des faits qui relèvent de la précédente législature." Selon la ministre, "il s’agit de conflits de personnes, avec également une tonalité judiciaire. Cela dépasse la médiation politique qu’on aurait pu envisager."

Interrogée à plusieurs reprises sur le sujet ces dernières semaines, Valérie Glatigny a annoncé ce mercredi qu’elle va demander un "audit externe qui portera sur les aspects financiers et administratifs, pour faire toute la clarté" sur ce dossier. 

Deux administrateurs de la LBFA, Olivier Parvais et Paul-Emile Chenois, ont remis en cause la gestion du président Thomas Lefèbvre, dénonçant dans la presse des dysfonctionnements et pointant un problème "de gouvernance, de transparence et d’éthique administrative". Ils reprochent notamment le placement d’un million d’euros en bourse et l’injection de 200.000 euros dans une société pour gérer les résultats des meetings. 

Les deux hommes, entrés en fonction en octobre 2020, ont été révoqués de leur mandat d’administrateur samedi passé lors d’une assemblée générale organisée à Louvain-la-Neuve.

Cette affaire fait suite au litige opposant les frères Borlée à la LBFA. En juin dernier, Kevin, Jonathan et Dylan Borlée ont introduit une action devant le tribunal de l’entreprise pour réclamer à la LBFA des primes non payées pour des compétitions remportées entre 2015 et 2019. Début mars, le tribunal de l’entreprise a accordé de nouveaux délais pour l’échange de conclusions.