À 34 ans, la sprinteuse Allyson Felix s’accroche à son rêve olympique, malgré le coronavirus

La star du sprint Allyson Felix a déclaré mardi, dans une tribune au magazine Time, son vœu de poursuivre sa quête de gloire aux JO, malgré le report des Jeux de Tokyo en raison de la pandémie de coronavirus.

À 34 ans, la sprinteuse Allyson Felix s’accroche à son rêve olympique, malgré le coronavirus

Après 16 ans au sommet de son sport, l’Américaine de 34 ans se préparait à une dernière danse olympique en guise de conclusion d’une brillante carrière où elle a amassé 13 titres de championne du monde et six médailles d’or olympiques. Ce qui fait d’elle la plus titrée de l’histoire dans l’athlétisme féminin.

«Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais mes objectifs n’ont pas changé. J’espère toujours revivre l’expérience de monter sur ce podium (olympique) en 2021», écrit-elle sur le site internet du magazine américain.

Ses premiers mots ont d’abord trahi un grand désarroi. «Ce matin, je me sens seule, effrayée et pleine d’incertitude. Comme le reste du monde, j’ai appris que les Jeux Olympiques de Tokyo sont reportés à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19».

«Nous devons garder espoir»

«Je ne sais pas comment vous le ressentez: peut-être que les Jeux sont une forme de divertissement pour vous, peut-être qu’ils vous donnent ce sentiment chaleureux vous rappelant que notre monde peut se rassembler autour de quelque chose de bien. Ou peut-être que vous êtes un autre “olympien” et alors cette nouvelle ressemble à un coup fatal», poursuit-elle.

«Je me suis réveillée tous les matins au cours des 6.055 derniers jours, depuis l’âge de 17 ans, avec la quête incessante de la médaille d’or olympique. Dans un moment comme celui-ci, il est difficile de ne pas se concentrer sur ce qui constitue une perte, de ne pas penser à ce qui aurait pu advenir», souligne Allyson Felix.

Mais l’athlète prend aussi la peine de relativiser dans une situation où le coronavirus a à ce jour infecté plus de 400.000 personnes, en tuant plus de 18.000 à travers le monde, et obligeant un tiers de la population mondiale à vivre confiné, dans l’espoir de ralentir sa propagation.

«Nous devons pleurer nos pertes et pleurer collectivement les pertes des autres, mais nous devons garder espoir», a déclaré Felix. «En ce moment, les choses sont incertaines, nous sommes confrontés à d’énormes défis et pertes. Mais en tant que communauté mondiale, nous devons nous engager à nous réveiller demain matin et à trouver une nouvelle façon de poursuivre sans relâche nos rêves audacieux»..

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.