Ils ont fait 2003 (6/6) : le jour où Jon Drummond a fait son cinéma au Stade de France

Le 100 m le plus long de l’histoire (51 minutes !) s’est déroulé il y a vingt ans lors des championnats du monde parisiens.

Laurent Monbaillu
 Jon Drummond a longuement protesté contre son exclusion pour faux départ.
Jon Drummond a longuement protesté contre son exclusion pour faux départ. ©BELGAIMAGE

Deux ans après la ville canadienne d’Edmonton, c’est à Paris qu’est revenu le droit d’organiser, en 2003, les championnats du monde d’athlétisme. Une neuvième édition qui restera dans les mémoires à plus d’un titre (le sacre inédit de Kim Collins, issu de la minuscule île de Saint-Kitts-et-Nevis, dans l’épreuve reine du 100 m, la quatrième couronne mondiale d’Hicham El Guerrouj sur 1 500 m et celle d’Allen Johnson sur 110 m haies, la victoire d’un certain… Eliud Kipchoge sur 5 000 m, le triplé éthiopien sur 10 000 m ou encore la bataille à l’heptathlon entre Caroline Klüft et Eunice Barber remportée par la première avant que la seconde ne remporte l’or au saut en longueur), mais elle aura surtout marqué les esprits en raison d’un gros incident survenu en quarts de finale du 100 m masculin. Avec comme protagoniste l’Américain Jon Drummond (34 ans), champion olympique et double champion du monde avec le relais 4 x 100 m américain, un personnage sympathique et volontiers démonstratif. Parfois jusqu’à l’excès, comme le public français va s’en rendre compte ce dimanche 24 août 2003…

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...