Eden Hazard contredit Roberto Martinez : "On est moins fort qu’en 2018"

Longuement interviewé par nos confrères de L’Équipe, le capitaine des Diables a évoqué son faible temps de jeu en club mais aussi les chances de la Belgique à la Coupe du monde 2022.

N. Ch.
Belgium's Eden Hazard pictured during a friendly soccer game of the Egyptian national soccer team against Belgian national soccer team the Red Devils, at Jaber Al-Ahmad International Stadium, in Ardiya, Kuwait, Friday 18 November 2022. The Red Devils are in Kuwait to prepare for the upcoming Fifa 2022 World Cup in Qatar. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR
Eden Hazard.

Dans une interview publiée ce samedi soir par L’Équipe, mais réalisée lundi dernier, avant son mauvais match contre l’Égypte, Eden Hazard se livre comme il l’a rarement fait au cours des derniers mois.

Il est d’abord revenu sur les nombreux pépins physiques qui ont pourri ses deux premières saisons à Madrid. Il dit être toujours persuadé que la plaque posée à sa cheville meurtrie fut la source de toutes ses blessures musculaires, notamment lors de sa deuxième saison au Real. "Je travaillais, ça allait mieux pendant deux jours. Et les quinze suivants, non. Je voulais me faire réopérer. On n’a pas voulu", regrette-t-il. Avant de rappeler que depuis que cette broche lui a été retirée en mars dernier, il ne s’est plus blessé.

Conscient qu’il n’a "plus le niveau de 2018", lorsqu’il éclaboussait la Coupe du monde en Russie de son talent, le Brainois dit avoir "beaucoup souffert, physiquement et mentalement." Avec cette conclusion : "En 2018, j’étais dans les dix meilleurs du monde. Est-ce que je vais y revenir ? Je ne pense pas. Mais si mon corps le permet, je peux encore faire des super trucs."

Ses équipiers croient encore en Hazard : "Eden ne sera pas incroyable dès le premier match"

"Monter en puissance"

Au moment d’évoquer la Coupe du monde au Qatar, Eden Hazard contredit Roberto Martinez : "Il ne faut pas se cacher, on est moins fort qu’en 2018." Avant d’admettre toutefois que les cadres sont soutenus par "de meilleurs jeunes qu’en Russie" et que "tout peut se passer", en mentionnant notamment Kevin De Bruyne, "qui est dans le top 3 mondial" et Thibaut Courtois, "le meilleur gardien du monde."

Sur le plan personnel, Eden espère surtout "faire comme à l’Euro et monter en puissance." Il ne dit pas, par contre, si ce tournoi sera sa dernière grande compétition avec l’équipe nationale : "Cela dépendra de mes sensations."