Coupe du monde 2022 au Qatar : des nouveautés pour l’arbitrage

Mondial 2022 : une technologie semi-automatique sera chargée de détecter les hors-jeu à la Coupe du monde. Par ailleurs, des arbitres féminines seront présentes pour la première fois.

Coupe du monde 2022 au Qatar : des nouveautés pour l’arbitrage
©BELGA

La FIFA va faire appel à une technologie semi-automatique de détection des hors-jeu pour la Coupe du monde 2022, afin de faciliter et d’accélérer les décisions de l’arbitrage vidéo. La fédération internationale de football a avancé que le système serait utilisé pour l’ensemble des 64 matchs de la compétition.

La technologie semi-automatique de détection des hors-jeu a été testée lors de précédentes compétitions tenues par la FIFA, la Coupe arabe des nations en 2021 et la Coupe du monde des clubs en février dernier.

Le système combine un ballon contenant un capteur permettant de détecter le moment où celui-ci est joué, ainsi que 12 caméras qui suivent le mouvement du ballon et des joueurs depuis le toit du stade. Il est censé recueillir des données plus précises que jamais, qui seront revues par un assistant vidéo et relayées à l’arbitre sur le terrain. Les décisions seront donc accélérées et facilitées.

"Les arbitres sont toujours impliqués dans le processus décisionnel, puisque la technologie ne donne de réponse que lorsqu’un joueur est en position de hors-jeu", a expliqué Pierluigi Collina qui est à la tête des arbitres de la FIFA.

En outre, les données recueillies seront utilisées pour créer une animation 3D destinée au public. La reconstitution de l’action sera affichée dans le stade et proposée aux distributeurs qui pourront la diffuser à la télévision.

Le sélectionneur national Roberto Martinez devrait être content de l’introduction de ce nouveau système, lui qui n’a pas hésité à se montrer perplexe après l’égalisation du pays de Galles en juin lors d’une rencontre de Ligue des Nations (1-1). L’Espagnol avait estimé que le VAR n’avait pas bien fonctionné et que le but de Brennan Johnson aurait dû être annulé.

Pour ce Mondial qatari, les sélectionneurs pourront faire appel à 26 joueurs, et non plus à 23 comme c’était le cas auparavant. Parmi eux devront se trouver minimum trois gardiens. La FIFA a donc conservé ce qu’avait adopté l’UEFA lors de l’Euro 2020 au regard des risques de contaminations au Covid-19 et de quarantaine qui menaçaient de dépeupler les effectifs. C’était une première depuis la Coupe des confédérations 2001, compétition qui a vu les effectifs des équipes nationales passer de 22 à 23 joueurs.

Cet élargissement des listes intervient alors que l’International Board (Ifab), organe garant des lois du football, a "définitivement" validé mi-juin le principe de cinq remplacements possibles par équipe et par match, contre trois auparavant. Les membres de l’Ifab ont également décidé d’augmenter le nombre maximum de remplaçants sur la feuille de match "de 12 à 15 à la discrétion des organisateurs des compétitions". Au total, 26 personnes (jusqu’à 15 remplaçants et 11 officiels, dont le médecin d’équipe) au maximum seront autorisées à prendre place sur le banc de touche.

Si l’Euro de l’été 2021 avait dû se disputer devant des tribunes dégarnies en raison des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, les stades pourront afficher complet au Qatar, où aucune directive sanitaire n’est en vigueur. La vaccination et le test négatif au Covid-19 ne sont en effet plus obligatoires pour entrer au Qatar et y assister à une rencontre du Mondial.