Rallye du Condroz 2022 : regardez notre émission de présentation (vidéo)

A l’occasion de cette 48e édition, l’Avenir a décidé de mettre les petits plats dans les grands. Ce vendredi 4 novembre, dès 18h, nous vous avons proposé une émission spéciale consacrée au rendez-vous hutois, en direct du paddock.

La Rédaction de L'Avenir

Alors que le paddock s’est déjà installé au centre-ville hutois, ce vendredi était consacré au shakedown. De nombreux spectateurs ont déjà eu l’occasion de voir les bolides humer le bitume.

Condroz
©Jérome Heymans

Durant trente minutes, plusieurs invités de marque se sont succédé dans notre émission. Morceaux choisis.

Adrian Fernémont

«Je crains que ce soit une nouvelle édition indécise. Je vais devoir attaquer mais sans excès non plus.  Je m’attends à un Condroz mouillé et gras. Ça, ça me convient. Ici, je vais viser la victoire, comme toujours. Le début de championnat était compliqué mais j’y crois."

Renaud Jamoul

"La pluie va changer la donne. Aux côtés de Jos Verstappen, je vais communiquer en Anglais. Lefevbre? Il n’est pas invincible. Il peut aller très vite mais l’erreur peut arriver. Nikolay Gryazin? Il va se faire surprendre à plusieurs reprises, il ne connaît pas la région. À titre personnel, le plus important est de terminer.»

Étienne Monfort

«En tant que Hutois, je suis obligé de rouler. Cela fait une vingtaine de fois que je participe. Quand je vois encore l’engouement ici, c’est juste incroyable. Ce sera une superbe édition. Des conseils pour les nouveaux? Rouler en Fiesta et puis éviter les cordes. Je vise le Top 10, ce serait sympa.»

Gilles Dethiege

«Participer au Condroz, c’est un rêve d’enfant. Je prends du plaisir depuis ce vendredi et je ne cesse d’avoir le sourire. Je reconnais tout de même avoir une boule au ventre (rires). Les conditions restent délicates mais je prendrai du plaisir quoi qu’il arrive.»

Frank Godelet

«À quelques heures du départ, je suis un organisateur confiant. La spéciale test s’est très bien passée, je remercie d’ailleurs le public. Au niveau du coût du Rallye, on est obligé de tenir un budget. On ne peut pas faire un événement sportif en perte, cela n’a pas de sens. Cette année, on n’a vraiment pas envie de devoir annuler des spéciales. À 17h, c’est l’heure critique et quelques pseudos supporters deviennent inconscients. Je demande aux supporters de respecter les consignes.»

Condroz
©Jérome Heymans
Condroz
©Jérome Heymans
Condroz
©Jérome Heymans
Condroz
©Jérome Heymans
Condroz
©Jérome Heymans