Après l’affaire Valieva, le patinage artistique relève l’âge minimum à 17 ans

Un changement majeur: quatre mois après la retentissante affaire Valieva qui avait éclaboussé les JO de Pékin, la Fédération internationale de patinage (ISU) a relevé mardi l’âge minimum des patineurs et patineuses artistiques à 17 ans pour participer aux compétitions seniors.

AFP
 Kamila Valieva.
Kamila Valieva. ©AFP

Le débat sur le très jeune âge des patineurs - et surtout des patineuses - avait resurgi lors des Jeux olympiques dans le sillage de la Russe Kamila Valieva. Grande favorite pour le titre olympique à 15 ans seulement, la jeune patineuse avait craqué sous la pression après s’être retrouvée au centre d’un retentissant scandale de dopage.

La réforme, approuvée par les délégués de 100 pays lors du Congrès de l’ISU à Phuket, en Thaïlande, s’appliquera en deux phases. L’âge minimum passera d’abord à 16 ans lors de la saison 2023-2024, puis à 17 ans dès 2024-2025.

Objectif: éviter la casse physique et mentale des patineuses dont la carrière sportive au haut niveau est souvent très courte.

"C’est une décision historique", a salué le président de l’ISU, Jan Dijkema, alors que le directeur général de l’instance Fredi Schmid avait qualifié le vote de "moment de vérité" avant l’ouverture du Congrès.

Une décision historique

"La crédibilité de l’ISU sera testée", avait-il ajouté. "Les médias et le public nous surveilleront de très près".

L’ISU a souligné que le relèvement de la limite d’âge était à son ordre du jour bien avant l’affaire Valieva et a reconnu qu’il était de son devoir de préserver la santé des jeunes sportives.

"Obligation morale"

La réforme avait auparavant reçu l’aval de la commission médicale de la Fédération internationale.

"Il est de votre obligation morale et de votre devoir de fournir aux jeunes patineurs l’opportunité et le temps de développer les compétences dont ils ont besoin pour réussir au niveau senior, a expliqué le Docteur Jane Moran, qui dirige la commission médicale. Ils ont le droit de se développer en tant que personnes pendant leur adolescence. Ils n’ont pas besoin que nous les forcions à concourir".

Selon une enquête menée par la commission des athlètes de l’ISU auprès de 1.000 patineurs et entraîneurs, 86% d’entre eux s’étaient prononcés en faveur du relèvement de l’âge minimum.

Le patinage artistique est en effet un sport éprouvant, où des jeunes filles enchaînent des heures d’entraînements répétitifs, de sauts et de pirouettes, à un âge où leurs corps sont encore en développement.

Pour réussir des triples, voire des quadruples sauts, une silhouette filiforme est en outre un avantage certain et passée la puberté, lorsque le gabarit s’épaissit, les sauts deviennent plus difficiles à maîtriser. Les patineuses se retrouvent alors sur la touche, remplacées par d’autres encore plus jeunes.

Ce n’est pas la première fois qu’une mesure pour relever l’âge des patineurs est soumise au vote de l’ISU. En 2018, une proposition équivalente avait été rejetée, se heurtant notamment à l’opposition russe, nation phare de la discipline.