Pourquoi le retour de Dante Vanzeir retire une épine du pied de Felice Mazzù

Mazzù ne dispose pas de beaucoup de marge pour coucher les six noms “belges” qui doivent figurer sur la feuille de match.

Stéphane Lecaillon
François Garitte
 Il y avait dix nationalités différentes dans le onze de l’Union, dimanche, à Sclessin.
Il y avait dix nationalités différentes dans le onze de l’Union, dimanche, à Sclessin. ©BELGA

Comme tous les entraîneurs, Felice Mazzù doit effectuer des choix compliqués au moment de coucher dix-huit noms sur la feuille, les jours de match. Mais plus encore que la majorité de ses collègues de D1, la situation de l’entraîneur de l’Union relève parfois du casse-tête, car il doit gérer un élément supplémentaire: le nombre de joueurs belges ou assimilés*.