Le Burkina Faso est "un grand défi", selon Roberto Martinez, Matz Sels sera dans les buts

Roberto Martinez a déclaré lundi qu’il attendait avec impatience le match international amical de mardi (20h45) contre le Burkina Faso au Lotto Parc d’Anderlecht.

Le Burkina Faso est "un grand défi", selon Roberto Martinez, Matz Sels sera dans les buts
Roberto Martinez ©BELGA

Le coach fédéral a révélé que Matz Sels sera dans les buts des Diables Rouges. "À part cela, l’équipe qui jouera ne sera pas très différente du onze en Irlande", a-t-il souligné.

"Aujourd’hui est un autre jour important", a poursuivi Martinez. "Nous devons voir si tout le monde est en forme, mais ça a l’air. Il n’y a pas de blessures graves. Il ne faut pas s’attendre à de grands changements dans l’équipe. Ce sera une équipe similaire à celle contre l’Irlande. Matz Sels jouera dans les buts. Nous ferons quelques ajustements mineurs. Et j’utiliserai autant que possible les six substitutions possibles."

Le patron des Diables Rouges ne sous-estime certainement pas le Burkina Faso. L’équipe des joueurs de Jupiler Pro League Hervé Koffi (Charleroi) et Abdoul Tapsoba (Standard) a atteint les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations il y a deux mois. "Et là, ils m’ont beaucoup impressionné", a déclaré Martinez. "Nous en savons trop peu sur leur équipe en Belgique. J’espère que de nombreux supporters viendront demain et apprendront à connaître le Burkina Faso. Leur défaite 5-0 jeudi dernier contre le Kosovo ne veut rien dire. Ils n’ont pas joué avec leur meilleure équipe. Lors de la CAN, j’ai apprécié leurs arrières d’aile, entre autres. Ce sera un grand défi pour nous demain."

Martinez encourage les réservistes: «le Mondial n’est que dans sept mois»

Roberto Martinez utilise les deux matchs amicaux de cette période internationale pour préparer l’avenir. L’entraîneur veut voir sur qui il peut compter en l’absence de ses pions les plus expérimentés. Il considère le match de mardi contre le Burkina Faso comme un nouveau test.

"Les gars qui ne joueront pas demain pourraient se faire du souci pour leur sélection à la Coupe du monde", a-t-il expliqué lors de sa conférence de presse lundi. "Mais il y a encore sept mois. Tant de choses peuvent encore se produire. Il peut y avoir des blessures, des suspensions, des baisses de forme. Tous les joueurs qui sont dans ma sélection aujourd’hui font partie des plans futurs des Diables Rouges. Cette sélection est un premier filtre. Il y a douze à quatorze joueurs qui ne sont pas dans le groupe aujourd’hui. C’est soit parce qu’ils ont acquis plus de 50 sélections dans le passé, soit à cause des blessures. Chacun peut compter le nombre de places disponibles. La sélection pour les matchs de la Ligue des Nations en septembre sera proche de celle de la Coupe du monde."

Le sélectionneur national a également évoqué le match nul 2-2 de samedi en Irlande. Il ne veut pas cacher les points négatifs, mais les travailler en pensant à l’avenir. "L’Irlande était un bon point de départ. Nous avons analysé le match et en avons discuté avec les joueurs. Il y avait des points positifs et négatifs, indépendamment du résultat. Nous voulons travailler sur les aspects qui pourraient être améliorés. Par exemple, nous n’avons pas réussi à arrêter les dangereux centres irlandais. Nous avons également perdu le contrôle et le tempo du match à certains moments."

"Mais nous avons aussi fait beaucoup de bonnes choses. Ce fut aussi bon que ce pouvait l’être. J’ai senti que nous avions besoin d’un match comme celui-là sans les gars expérimentés. Il est de notre responsabilité de préparer l’avenir des Diables Rouges. J’espère que tout le monde en profitera. Cette expérience devrait nous aider à l’avenir. Demain, l’adversaire sera très différent. Et après le match contre le Burkina Faso, nous ferons une évaluation, tant individuelle que collective, et nous verrons si nous avons progressé."

Roberto Martinez est très satisfait de la période internationale jusqu’à présent. "Les joueurs ont montré beaucoup de leadership et d’engagement et une bonne attitude. Ils ont presque toujours suivi les principes établis par la génération précédente. En une ou deux occasions seulement, ils n’ont pas réussi à le faire. Un joueur du calibre de Charles De Ketelaere est un joueur très différent pour moi au niveau international après ses titularisations au Pays de Galles et en Irlande."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...