JO 2022: Armand Marchant, légèrement blessé à la cheville, ne participera pas au super-G

Le skieur alpin Armand Marchant ne participera pas au super-G mardi aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin.

JO 2022: Armand Marchant, légèrement blessé à la cheville, ne participera pas au super-G

Souffrant d’une légère blessure à la cheville, il veut se concentrer sur le slalom géant du dimanche 13 février et le slalom du 16 février, a indiqué dimanche le Comité olympique et interfédéral belge (COIB)

Cette décision a été prise en concertation avec son coach Raphaël Burtin et l’équipe médicale du COIB. Le Liégeois s’est légèrement blessé à la cheville gauche, peu avant son départ pour la Chine.

«Cela ne sert à rien de prendre des risques»

"Cela ne sert à rien de prendre des risques", a déclaré le skieur alpin Armand Marchant dimanche lors d’un événement de presse aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin. Il ne participera pas au super-G, prévu mardi. Il souffre d’une petite blessure à la cheville et veut se préserver pour le slalom géant (le dimanche 13) et surtout le slalom (le mercredi 16).

Le spécialiste du slalom s’est tordu la cheville gauche fin janvier lors de la manche de Coupe du monde de Schladming, en Autriche. "La blessure est bien suivie ici par Johan Bellemans (médecin-chef du COIB, NDLR) et mon physiothérapeute Thibaut Schnitzler. C’est difficile de s’entraîner sur la piste en ce moment. Mais je fais des progrès petit à petit. J’ai encore beaucoup de jours pour me préparer pour le slalom, qui est mon principal objectif ici. Sinon, je me sens vraiment super bien".

En fin de compte, son forfait dans le super-G n’a pas été une décision difficile à prendre. "Je ne skie pas le super-G très souvent. Je ne m’y suis presque pas entraîné. Il n’y a aucun intérêt à prendre des risques. Et je ne dois pas non plus le faire pour le rythme de course, car j’ai beaucoup skié en janvier."

Cinq ans après son terrible accident, Marchant est impatient,, à désormais 24 ans de se montrer sur la plus grande des scènes. "Je ne pense pas que je serais là où je suis maintenant sans cette grave blessure. Cela m’a également rendu mentalement plus fort et plus sérieux sur les skis. Je me concentre maintenant sur l’avenir."

La piste de Yanqing peut convenir à Marchant. "Elle n’est pas très raide, mais c’est une belle pente. Et la neige est vraiment bonne, elle est assez dure et j’aime ça. Il y a beaucoup de vent, mais c’est plutôt un inconvénient pour les épreuves rapides. En slalom, nous sommes moins gênés", a déclaré le Thimistérien qui a été le porte-drapeau de la Belgique en compagnie de la patineuse artistique Loena Hendrickx lors de la cérémonie d’ouverture vendredi.

Après une lourde chute au début de 2017, la jambe gauche de Marchant avait été très abîmée. Il avait dû faire l’impasse aux Jeux de Pyeongchang 2018. Sept opérations et une longue rééducation plus tard, il a quand même réussi à revenir au plus haut niveau. Le 5 janvier 2020, il a terminé cinquième du slalom de Zagreb, le meilleur résultat belge jamais obtenu lors d’une Coupe du monde de ski alpin. Il y a un mois et demi, Marchant s’est à nouveau illustré au plus haut niveau en terminant septième du slalom de Coupe du monde de Val d’Isère.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.