WRC Monte-Carlo: Ogier leader devant Loeb après la première journée, Neuville en retrait

Toyota et Ford semblent bien dans le coup après la première journée du Monte-Carlo. C’est tout le contraire pour les Hyundai...

WRC Monte-Carlo: Ogier leader devant Loeb après la première journée, Neuville en retrait

Le Français Sébastien Ogier (Toyota) devance son compatriote Sébastien Loeb (M-Sport Ford) après les deux premières spéciales du Rallye Monte-Carlo jeudi soir, les toutes premières avec la motorisation hybride désormais utilisée en championnat du monde (WRC). Le Belge Thierry Neuville n’est que 6e à 28,5 secondes de la tête avec une Hyundai visiblement en retrait par rapport aux autres voitures.

Remportant les deux premières spéciales (sur 17 jusqu’à dimanche), Ogier compte 6,7 secondes d’avance sur Loeb et 11,2 sur Elfyn Evans (Toyota).

Neuville, 7e de l’ES1 et 6e de l’ES 2, pointe à 28.5 d’Ogier. Le pilote belge a connu une journée difficile, perdant les freins et les pneus assez tôt dans la 1e spéciale. "Cela allait un peu mieux avec les freins, mais je n’avais aucune confiance en la voiture dans les parties bosselées. Je voulais juste rejoindre l’arrivée", a tweeté Neuville à l’issue de l’ES2.

"Sensation pas géniale" dans la première spéciale, "un peu mieux" dans la 2e, Ogier était "heureux d’avoir terminé" l’étape nocturne, qui avait son lot de pièges avec des "virages glissants", "du givre" et le célèbre col de Turini.

Champion du monde pour la 8e fois en 2021 devant Evans, Ogier, 38 ans, ne fera pas une saison complète en 2022. Tout comme Loeb, 47 ans, nonuple champion du monde, qui est de retour pour au moins un rallye, cette fois avec M-Sport.

"On a pris du plaisir, mais c’était très dur pour les pneus, ils ont surchauffé et après j’ai lutté pour garder la voiture en place. Là on a fait une bonne spéciale, alors que dans la première j’étais plus prudent, j’avais un peu peur du gel", a expliqué Loeb, moins d’une semaine après avoir fini 2e du Dakar en Arabie saoudite.

Avec l’hybride, les voitures bénéficient ponctuellement d’un "boost" de puissance supplémentaire, notamment au démarrage d’une spéciale, permettant à certains moments une puissance totale supérieure à 500 ch.

En revanche, les bolides sont plus lourds de 70 kg à cause de la batterie, pour un minimum de 1.260 kg sans les équipages.

Certains secteurs de liaison, entre les spéciales chronométrées, devront être effectués en mode électrique. Lors de cette manche inaugurale, seuls 3,66 kilomètres seront parcourus ainsi, soit 0,3% des 1.215 km de liaison.

Lors de la cérémonie de départ au casino de Monaco, avant de rejoindre la spéciale, Ogier a d’ailleurs connu un premier couac: contrairement à ses concurrents, il n’a pas réussi à démarrer en mode électrique mais a dû faire vrombir son moteur thermique.

Le rallye reprend vendredi matin avec six spéciales au programme, avec notamment l’ascension du col de la Couillole, point culminant de l’épreuve à 1678 m.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.