Open d’Australie 2022: c’est déjà fini pour David Goffin, éliminé d’entrée par Evans (photos)

Tennis: David Goffin n’a pas fait le point contre Daniel Evans, au premier tour de l’Open d’Australie. Le Liégeois s'est incliné en trois sets.

Benoît Robaye

Comme on pouvait le craindre à la lecture du tirage du tableau masculin de l’Open d’Australie, David Goffin n’y a pas fait long feu.

On savait qu’il n’aurait pas la vie facile face à Daniel Evans et cela s’est rapidement confirmé, en moins de deux heures de jeu. Le Liégeois s’est incliné en trois sets dès le premier tour du premier tournoi du Grand Chelem de la saison 4/6 3/6 0/6.

De retour à la compétition après avoir mis fin prématurément à sa saison 2021 en raison d'une blessure au genou gauche, Goffinavait dû abandonner en quart de finale face à Andy Murray au tournoi de Sydney, la semaine passée. Au préalable, il y avait mis fin à une série de sept défaites consécutives en s'imposant contre Facundo Bagnis (ATP 76) et Denis Kudla (ATP 109).

Goffin s’est effondré

S'estimant capable d'y aller " à fond " contre Evans, le numéro 1 belge, retombé à la 45e place au ranking ATP, a fini par s'effondrer contre le Britannique (ATP 24), encaissant même un zéro dans la troisième manche.

Dans le premier set, le joueur de 31 ans a tenu son service jusqu’au 10e et dernier jeu, où il concéda le break - sans remporter le moindre point - et donc la première manche.

Breaké dans la foulée en début de deuxième set, Goffin a cru revenir dans le coup en prenant pour la première fois le service d’Evans et en revenant à 3-4, mais ça n’a pas déstabilisé le Britannique, qui n’a même plus perdu un seul jeu par la suite.

Le Liégeois avait déjà été battu dès le premier tour de l’Open d’Australie lors de la dernière édition, alors qu’il avait à l’époque atteint coup sur coup les 1/8e et les 1/4, respectivement en 2016 et 2017.

Dans le tableau masculin, on retiendra également la qualif au bout du suspense et après près de quatre heures de jeu d'Andy Murray face à Nikoloz Basilashvili (ATP 23) et celle évidemment d'Elise Mertens contre l'ancienne numéro 2 mondiale.

 -
- ©AFP