Loeb défie Al-Attiyah en duel: "Un match entre deux rallymen"

L’Alsacien, brillamment navigué par le Belge Lurquin, a battu le Qatari lors de la 2e étape.

Martin Businaro
Loeb défie Al-Attiyah en duel: "Un match entre deux rallymen"
En signant sa 15e victoire d’étape sur un Dakar, Loeb rejoint Saby et Schlesser. ©AFP

Les Audi ayant été mises au tapis bien trop tôt, la victoire lors de ce Dakar devrait se jouer entre deux titans: d’un côté, l’incontournable Nasser Al-Attiyah qui fait office de grand favori avec son Toyota Hilux V8 préparé et engagé par Overdrive. De l’autre, un outsider mais quel outsider! Sébastien Loeb n’a jamais gagné le Dakar et il aimerait bien l’accrocher à son palmarès de mégalodon. Son buggy Hunter à moteur V6 a moins la faveur des pronostics que son homologue nippon mais Prodrive s’est attelé à corriger les maladies de jeunesse qui ont émaillé sa première participation en 2021.

Les travaux des troupes de David Richards semblent avoir porté leurs fruits puisque Loeb s’est offert la 2e étape après un duel musclé face à Al-Attiyah. Habilement navigué par Fabian Lurquin dont on ne cesse de vanter les mérites, le nonuple champion WRC renoue avec la victoire d’étape qui se refusait à lui depuis 2019. "Ça a attaqué fort, c’est devenu une spéciale de WRC entre deux pilotes WRC, commente Seb. On était à bloc complet. Finalement, j’ai réussi à grappiller du temps à Nasser, probablement parce que c’est lui qui faisait la trace dans les dunes. On a fait une spéciale parfaite, pas d’erreur et pas de crevaison. On est serré, le rythme des deux voitures est très proche. Cela permet de faire de belles bagarres. Notre voiture est dans le coup, en tout cas face à la Toyota!"

Ayant lâché près de quatre minutes à son prestigieux rival, Al-Attiyah gardait néanmoins le sourire : il est toujours leader de la compétition avec neuf minutes d’avance sur Loeb. Mais il sait désormais que la menace alsacienne est plus sérieuse que jamais. "On a heurté une pierre dans les dix derniers kilomètres, mais on a décidé de ne pas s’arrêter pour ne pas perdre trois minutes supplémentaires, admet le Qatari. Je suis plutôt content de cette étape, nous avons ouvert toute la journée alors que ce n’était pas si facile. On dirait qu’il y a un duel! Et il se peut qu’on se bagarre jusqu’à la fin, mais il y a encore un long chemin jusqu’à l’arrivée. Je vois que la BRX a progressé depuis l’année dernière et Seb est très rapide, mais nous avons fait du bon boulot. Aujourd’hui on perd, demain on débutera l’étape derrière lui, on ne sait pas qui gagnera. J’ai le sentiment qu’il y aura des surprises sur ce Dakar."

Bien que hors jeu pour un résultat d’envergure au général, les Audi seront à surveiller et pourraient faire office d’arbitres. Carlos Sainz et Stéphane Peterhansel ont achevé l’étape 2 avec les troisième et quatrième chronos, preuve que les RSQ e-tron sont performants. Attention également aux lieutenants de Al-Attiyah et Loeb. À coup sûr, ce Dakar 2022 est encore loin d’être plié.