Mercedes bons perdants? Oui et non

Mercedes Benz n’a pas fait appel, mais Wolff et Hamilton ont boycotté la remise des prix FIA.

Olivier DE WILDE
Mercedes bons perdants? Oui et non
Lewis Hamilton ne s’est pas rendu à la remise des prix annuelle de la FIA. ©BELGAIMAGE

Max Verstappen a reçu, ce jeudi soir à Paris, sa première (et sans doute pas dernière) Coupe de champion du monde de F1 lors de la remise des prix annuelle de la FIA. En matinée, Mercedes a en effet fait savoir qu’elle renonçait à son droit d’appel devant le tribunal sportif. Selon ses avocats, elle aurait eu de fortes chances de gagner, mais l’état-major de Benz a décidé qu’il valait mieux en rester là, dans l’intérêt du sport et de la F1. Dans leur propre intérêt surtout aussi d’ailleurs.

Si elle avait tenté de récupérer le titre sur tapis vert, aussi légitime que ce soit vu les circonstances, Mercedes risquait fort de voir son image autant écornée que celle de la F1. De ne plus vendre une voiture aux Pays-Bas ou aux dizaines de millions de fans de Max à travers le monde. Pas question pour les octuples champions du monde des constructeurs qui ont tant gagné de passer pour des mauvais perdants.

Dans un communiqué où l’on ne cite nulle part le nom de Toto Wolff, on se félicite que la FIA ait décidé de créer une commission d’enquête pour analyser les événements de dimanche dernier. "On va aider la FIA à la construction d’une meilleure F1, avec des règles strictes et invariables, qu’on sache tous à quoi s’en tenir."

Tout cela aurait été très bien si dans la foulée, Suzie Wolff, l’épouse de Toto, n’avait pas, elle aussi, publié un communiqué de presse incendiaire.

En gros, voici la véritable pensée du patron autrichien tenu au silence par ceux qui le paient très cher : "Ce qui s'est passé est encore difficile à comprendre et me laisse un sentiment de malaise. Pas à cause de la défaite. Max et Red Bull sont des gagnants méritants. Mais la manière dont Lewis a été volé me laisse incrédule. La décision d'une seule personne au sein de l'organe directeur (NDLR: elle ne cite pas Michael Masi), qui a appliqué une règle d'une manière qui n'avait jamais été faite auparavant en F1, a décidé à elle seule du championnat du monde des pilotes de F1. Les règles sont les règles. Elles ne peuvent être changées sur un coup de tête par un individu à la fin d'une course. L'issue des derniers tours dimanche? Ceux qui savent, ils savent, même ceux qui ne peuvent pas se résoudre à l'admettre. J'espère que d'ici à mars 2022, il y aura une instance dirigeante privilégiant l'intégrité et l'équité sportive afin que je puisse retomber amoureuse de la F1."

Un peu plus tard, après avoir refusé de livrer sa Formula E et la W12 pour la photo de fin d’année des championnes, Toto Wolff a annoncé que Lewis Hamilton et lui seraient absents à la remise des prix de la FIA. "Je ne serai pas là en raison de ma loyauté envers Lewis et de mon intégrité personnelle", a déclaré le directeur exécutif de Mercedes Sport.

Le vice-champion du monde risque une sanction car la présence au gala de fin d’année est obligatoire comme stipulé dans le règlement sportif article 6.6. Espérons que, comme la procédure "voiture de sécurité" dimanche dernier, il ne soit pas appliqué à la lettre…