Nainggolan revient sur les tensions avec Martinez: "Il avait peur que je mette une mauvaise ambiance dans le vestiaire"

Le Ninja était l’invité d’Extra Time sur la VRT et a abordé sa fin de parcours chez les Diables.

La Rédaction de L'Avenir
Nainggolan revient sur les tensions avec Martinez: "Il avait peur que je mette une mauvaise ambiance dans le vestiaire"

L’histoire entre Radja Nainggolan et les DIables rouges a tourné court après l’arrivée de Roberto Martinez en tant que sélectionneur national. La relation entre les deux hommes n’a jamais été au beau fixe et le joueur de l’Antwerp est revenu sur cette période lors de l’émission Extra Time diffusée sur la VRT.

"Si j’ai si peu de caps avec les Diables rouges, c’est uniquement de la faute de Martinez et pas à cause de mon rythme de vie", a directement expliqué Nainggolan qui estime n’avoir jamais réellement reçu sa chance sous Martinez, "J’avais réalisé un bon Euro 2016 (Ndlr: sous Marc Wilmots) mais dès les premiers matchs après son arrivée, j’ai été mis dehors de l’équipe." Titulaire face à l’Espagne lors du premier match sous la houlette de l’actuel sélectionneur, le Ninja avait été sorti à la mi-temps et n’avait joué que 6 minutes lors du match suivant contre Chypre avant d’être écarté pour les quatre rencontres suivantes des Diables rouges.

Peu à peu écarté de la sélection, le discours de Martinez ne passait pas chez Nainggolan: "Il me disait toujours: 'tu es un bon joueur', mais je ne jouais pas. 'Tu mérites de jouer', mais je ne jouais pas. Ce sont des choses que tu ne dois pas dire à un joueur, certainement pas à moi. J’ai dit publiquement que je n’étais pas d’accord avec sa décision. Je préfère les gens qui me disent les choses en face", expliquait le milieu de terrain sur la VRT, "nous avons eu un rendez-vous de 30 minutes à Rome et il m’a dit qu’il ne pouvait pas me donner en équipe nationale le rôle que j’avais à la Roma. Je lui ai répondu que je serais déjà content d’être repris dans la sélection de 25 ou 26 noms. Il pensait que s’il me mettait sur le banc, j’allais mettre une mauvaise ambiance dans le groupe. Mais je n’ai jamais eu aucun problème à m’asseoir sur le banc. J’ai compris à ce moment-là que c’était fini pour moi en équipe nationale."

Si sa relation avec Martinez n’est pas bonne, Nainggolan a de bons souvenirs de son prédécesseur: "J’avais une bonne relation avec Wilmots et Borkelmans. Ils m’acceptaient comme je suis", se souvient-il. À l’époque une vidéo où l’on voyait Nainggolan fumer lors d’un rassemblement avec les Diables avait fuité sur les réseaux sociaux et avait suscité la polémique. "j’avais la permission de fumer des cigarettes au balcon? Oui et alors, en quoi est-ce un problème? Nous sommes bien entraînés, nos poumons sont entraînés. Je ne vois rien de mal à fumer. Je le faisais plutôt pour éviter le stress. Cela me détend donc pourquoi ne pourrais-je pas le faire?"

Mais pour lui, à 33 ans, le chapitre de l’équipe nationale est définitivement fermé: "Même en cas de nombreuses absences, Martinez ne me rappellera jamais car il est trop fier pour cela. Mais même s’il le faisait, je refuserais. Ce serait trop facile."

Au début l’émission, au jeu du "Oui ou Non", la question de savoir s’il comptait revenir en équipe nationale le jour où Martinez ne serait plus présent, le Ninja a répondu fermement: "Non, non, non!"

Voilà qui est dit!