US Open: Medvedev caracole en quarts, Schwartzman sorti par le Néerlandais Van de Zandschulp

Le N.2 mondial Daniil Medvedev, prétendant au titre à l’US Open, s’est qualifié pour les quarts de finale en écartant facilement 6-3, 6-4, 6-3 le Britannique Daniel Evans (27e), dimanche à New York.

US Open: Medvedev caracole en quarts, Schwartzman sorti par le Néerlandais Van de Zandschulp

Comme lors des trois tours précédents, le Russe a mis moins de deux heures pour imposer sa loi, face à un adversaire qu’il rencontrait pour la première fois et qui, à défaut de vraiment le contrarier, a proposé un tennis plaisant, fait de nombreuses montées à la volée. Ce qui a permis à Medvedev de bien s’escrimer en passings et lobs.

Dire que le match a ressemblé à une séance de sparring pour le finaliste de 2019 serait trop sévère à l’endroit d’Evans, mais il est tombé sur bien, bien plus fort.

Après un premier set saignant, Medvedev, redoutable au service (11 aces) n’a concédé qu’une fois son engagement, permettant à Evans de débreaker dans le 2e set pour revenir 3-3. Mais la main du Britannique soudain devenue peu tremblante a aussitôt été punie par l’imperturbable Medvedev qui a empoché la deuxième manche.

Au troisième set, la résistance ayant disparu en face, Medvedev a déroulé tranquillement. Une démonstration de force impressionnante en 1h43.

Au prochain tour, il aura un inconnu pour adversaire, Botic Van de Zandschulp. Classé 117e mondial, le Néerlandais a créé la surprise en éliminant Diego Schwartzman (17e) en cinq sets 6-3, 6-4, 5-7, 5-7, 6-1,.

Ce joueur âgé de 25 ans, issu des qualifications et dont c’est la première participation à Flushing Meadows, avait déjà eu le scalp au 2e tour d’une autre tête de série, le Norvégien Casper Ruud.

Schwartzman, qui l’affrontait aussi pour la première fois, a été souvent débordé par les coups gagnants (53 contre 30) de son adversaire, excellant notamment dans un registre de contre-attaquant et qui s’est montré très efficace à la volée (38 réussies sur 48).

Sans solution après deux manches, le 14e mondial, quart de finaliste en 2017 et 2019, s’est rebiffé pour empocher la troisième en convertissant une des rares balles de break qu’il a pu se procurer.

La perspective d’un match-marathon a alors pris jour, Scwhartzman ayant retrouvé de la grinta. Au 4e set, il lui en a encore fallu pour effacer deux balles de match à 5-4 sur son service. Relancé, il en a profité pour chiper deux fois l’engagement du Néerlandais pour conclure 7-5.

Le momentum allait-il définitivement changer? Pas le moins du monde, puisque Van de Zandschulp a maintenu la pression dans le jeu et l’Argentin a craqué sous celle-ci, après deux autres balles de match sauvées, mais pas la cinquième au bout de 4h19 de jeu dans un Louis-Armstrong conquis par le spectacle.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.