Bashir Abdi, le bronze qui vaut de l’or: il offre une 7e médaille à la Belgique aux JO!

Le Gantois de 32 ans a réussi l’exploit de se hisser dans le Top 3 du marathon, quarante-cinq ans après Karel Lismont.

À Tokyo, David LEHAIRE
Bashir Abdi, le bronze qui vaut de l’or: il offre une 7e médaille à la Belgique aux JO!
Bashir Abdi (en blanc) est allé chercher la troisième place dans un sprint à trois , plus d’une minute derrière le vainqueur, Eliud Kipchoge. ©AFP

Depuis trois ans, Bashir Abdi n’est plus le même athlète. A l’été 2018, quand il annonce sa volonté d’arrêter la piste dans la foulée d’une superbe médaille d’argent conquise sur 10000m à l’Euro de Berlin, il ne sait pas très bien de quoi son avenir sur marathon sera fait. Les tests effectués en laboratoire ont montré que son corps souffrira moins sur la route que sur le tartan et qu’il a des prédispositions morphologiques pour le marathon.

Trois ans plus tard, ce dimanche donc, il est allé chercher une splendide médaille de bronze aux Jeux olympiques sur la distance mythique. La performance est fabuleuse et s’inscrit dans la continuité du sacre continental de Koen Naert, il y a trois ans à Berlin. Le natif de Mogadiscio, qui avait dit, quarante-huit heures plus tôt, éprouver des difficultés à digérer le décalage horaire entre la Belgique et le Japon et la chaleur pesant sur Sapporo, a réussi un exploit XXL.

Koen Naert dixième

Après un sprint à trois pour la deuxième place, conquise par Abdi Nageeye (2h09:58), son grand ami néerlandais, derrière l’intouchable Eliud Kipchoge (2h08:38), il offre à la Belgique la septième médaille de ces Jeux (en 2h10:00). Quarante-cinq ans après la troisième place de Karel Lismont, Abdi réussit donc le plus bel accomplissement de sa carrière à 32 ans.

Quant à Koen Naert, il a accroché une très belle dixième place (en 2h12:13), ce qui le place au quatrième rang européen.