Gille et Vliegen, qui entament leurs premiers Jeux: «Nous n’avons rien à perdre»

Sander Gille (ATP 30) et Joran Vliegen (ATP 29) s’apprêtent à vivre leur toute première participation aux Jeux Olympiques, samedi à Tokyo.

BELGA
Gille et Vliegen, qui entament leurs premiers Jeux: «Nous n’avons rien à perdre»
Le double belge jouera son premier match samedi vers 04h du matin, heure belge. ©Photo News

Les deux Limbourgeois, 30 et 28 ans, sont ainsi engagés dans le double messieurs en tennis. Ils affronteront au premier tour samedi matin les Néerlandais Wesley Koolhof (ATP 14) et Jean-Julien Rojer (ATP 27), têtes de série N.8 du tableau.

«Nous sommes très heureux d'être là, malgré les mesures sanitaires drastiques» , a confié Joran Vliegen à l'Agence Belga depuis le Village olympique. «Nous partageons un appartement avec les rameurs et les triathlètes, et l'ambiance est très agréable. Seuls les repas sont moins amusants, vu les plexiglas qui nous séparent. Nous regrettons de ne pas pouvoir assister à la cérémonie d'ouverture, mais pour le reste, on profite de l'expérience. Nous aurions espéré un autre tirage au sort, car Koolhof et Rojer forment une bonne paire et que nous partageons en outre le même coach, le Néerlandais Marco Kroes. Mais bon, on va bien entendu tout faire pour gagner».

Si en simple de nombreux cadors comme Nadal, Federer, Thiem ou encore Berrettini ont renoncé à participer au tournoi olympique pour diverses raisons, en double, tous les meilleurs ou presque seront de la partie dans la capitale japonaise. C’est dès lors un sacré défi qui attend le droitier de Hasselt et le gaucher de Maaseik sur les courts en dur de l’Ariake Tennis Park.

«Nous considérons que nous n'avons rien à perdre ici», a poursuivi le gaucher de Maaseik. « Nous nous sommes bien préparés cette semaine. Il fait très chaud et les courts sont assez rapides, ce qui nous convient généralement bien. Koolhof retourne très bien et Rojer a beaucoup d'expérience. Il n'en est pas à ses premiers Jeux. Ce ne sera pas évident, mais nous avons les moyens de les battre. Rêver d'une médaille est toujours permis, mais nous restons réalistes. Le premier objectif est d'afficher un bon niveau»