Mohoric: « Quand on me traite comme un criminel… »

Mohoric s’est offert son second succès d’étape sur ce Tour au surlendemain de la perquisition dont son équipe a fait l’objet.

Quentin FINNE
Mohoric: « Quand on me traite comme un criminel… »
Mohoric s’est offert un nouveau solo de près de 30 bornes pour s’imposer. ©belga

La gestuelle n’a pas réveillé, dans l’esprit des suiveurs, les souvenirs les plus glorieux du sport cycliste. En franchissant vendredi la ligne d’arrivée de Libourne en vainqueur pour s’offrir son second succès d’étape sur ce Tour (après celle du Creusot), Matej Mohoric a d’abord apposé l’index sur sa bouche avant de refermer la fermeture éclair qu’il imaginait posée sur ses lèvres à la façon d’un certain… Lance Armstrong.