Diables rouges: la génération dorée doit être secouée par les gamins

L’échec des Diables à l’Euro ne doit pas provoquer un grand coup de balai chez les anciens mais doit accélérer le rajeunissement d’un groupe qui a besoin de fraîcheur.

Christophe FRANKEN

Qui sera du voyage à Tallinn dans un peu moins de deux mois pour poursuivre les qualifications à la Coupe du monde en Estonie? La question n’a pas encore de réponse définitive, même pas dans la tête de Roberto Martinez. Mais il est possible de dessiner quelques tendances quand même. Et de vite comprendre qu’il est bien trop tôt pour balayer la génération dorée. La Belgique a encore besoin de ses cadres pour assurer la transition la moins douloureuse possible vers l’après. En espérant que la décision de s’en aller au bout de cet Euro n’arrive pas des joueurs eux-mêmes…