COMMENTAIRE | La Belgique de Big Rom

La Belgique tremble de jouer sans ses deux as Eden Hazard et KDB. Mais on a aussi le roi Romelu.

Christophe FRANKEN
COMMENTAIRE | La Belgique de Big Rom
©JC Guillaume

KDB sera-t-il là? Eden est-il prêt? La cheville ou la cuisse? Les deux artistes se montrent puis se cachent, pour mieux brouiller les pistes. Bluff ou pas? La Belgique tremble de jouer sans ses deux as. Mais on a aussi le roi Romelu. Celui qui a pris les commandes de notre jeu depuis plusieurs mois. La conséquence d’un double événement : son explosion à l’Inter et les soucis physiques récurrents du capitaine Hazard. Le boss, c’est Lukaku et la Belgique s’est transformée pour mieux lui ressembler : moins frivole, plus combattante. Les Diables de 2021 rappellent l’Argentine de 2014, pas toujours sexy malgré Messi mais tellement dure à battre. La bande de Wilmots n’a pas oublié. En face, l’Italie a justement des airs de Belgique en 2014. Son retour en grand tournoi après une absence, son équipe jeune et douée, son neuf sur neuf en poule puis son huitième plus accroché que prévu… Au Mondial brésilien, les Argentins avaient souffert à chaque tour, dont le quart contre la Belgique, mais avaient atteint la finale (battue aux prolongations par l’Allemagne). Ce n’était pas très joli à voir mais peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Peu importe la façon pourvu qu’on aille au bout. Et s’il faut faire sans De Bruyne et Hazard, tous les chemins mèneront à Big Rom contre la Squadra Azzura.