Evenepoel: «Je n’avais plus rien dans les jambes»

Pour Remco Evenepoel, il s’agit de la première course de plus d’une semaine. Il l’a senti ce mercredi lors de la 11e étape du Tour d’Italie

Evenepoel: «Je n’avais plus rien dans les jambes»
Evnepoel: «Onze jours de courses et mon corps réagit difficilement.» ©Photo News
D. Le.

«C'est le métier qui rentre. Tous les champions sont passés par là. Cela va l'endurcir». Tous ces commentaires, entendus dans la foulée de cette 11e étape, sont fondés. Certes, Remco Evenepoel a vécu une journée compliquée entre Pérouse et Montalcino mais il peut s'en servir pour préparer l'avenir. De toute façon, comme il le dit, «Milan est encore loin». Et il a raison. Même s'il n'est désormais plus le principal rival d'un Egan Bernal souverain, il peut puiser dans sa volonté la force de croire au podium. Il n'est, en effet, jamais qu'à 1:10 de la troisième place, occupée par l'Italien Caruso. Et les 2:22 de retard qu'il affiche sur le leader colombien permettent de rappeler qu'en 2010, Ivan Basso pointait à deux minutes du leader général après une étape similaire sur les routes blanches de Toscane et qu'il avait fini par gagner le Giro.