Tadej Pogacar, la prouesse d’un surdoué à jamais dans l’histoire

Tadej Pogacar a remporté le Tour dès sa première participation. Il a ainsi placé la Slovénie sur le toit du cyclisme.

Benjamin SINOT
Tadej Pogacar, la prouesse d’un surdoué à jamais dans l’histoire
Le Slovène se souviendra longtemps de son séjour dominical dans la Ville Lumière. ©Photo News

Le souffle coupé, le regard dans le vide, les mains derrière la tête… Sur le coup de 18 heures, en ce samedi maussade de septembre, le temps s’est arrêté. Installé sur le trône et en passe de décrocher sa première victoire au Tour de France, Primoz Roglic a connu la défaillance de sa vie. Galvanisé par la mauvaise prestation de son plus grand adversaire et au sommet de son art, Tadej Pogacar est entré dans l’histoire. L’hégémonie de Sky, devenu Ineos, avait presque fait oublier le sens du mot «suspense». Cette fois, c’est un véritable thriller qu’a vécu le monde la bicyclette dans la Planche des Belles Filles. Le jeune Slovène est parvenu à dépoussiérer les vieilles images du Tour 1989. Depuis ce mano a mano et ce chambardement au général dans le duel entre Laurent Fignon et Greg LeMond, aucun autre scénario n’avait rendu la planète vélo aussi bouleversée. Plus tard, sans connaître le même impact dans l’histoire de la Grande Boucle, l’affrontement entre Cadel Evans et Andy Schleck en 2011 s’était également joué lors du chrono.