Teddy Riner traité de «singe»: la réponse «maladroite» de Paris 2024

Les organisateurs des JO 2024 se sont montrés maladroits dans leur réponse aux inscriptions racistes découvertes récemment à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (Insep), à Paris.

Teddy Riner traité de «singe»: la réponse «maladroite» de Paris 2024
La photo de Teddy Riner a été vandalisée. ©Photo News

«Singe» et «négro», telles sont les insultes découvertes dimanche matin sur trois photos disposées à l’extérieur de l’Insep. Visés, trois athlètes français, dont le double champion olympique de judo Teddy Riner, ont directement reçu le soutien des autorités.

«L’établissement public, qui a fait immédiatement constater cet outrage, condamne fermement ces actes et déposera plainte auprès des services de police», annonçait ainsi l’Insep dans un communiqué.

Également décidé à condamner fermement et publiquement tout acte de racisme, le comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 a posté un message sur les réseaux sociaux où les insultes «singe» et négro» ont été détournées. Ce qui n’a pas été du goût de tout le monde…

En effet, pour beaucoup d’internautes, l’initiative de Paris 2024 n’a fait que donner une plus grande visibilité aux insultes. Pire, pour certains, elle limitait même le problème à un giron uniquement sportif.

Conscient d’avoir raté son objectif après avoir été pointé du doigt à plusieurs reprises par des internautes, Paris 2024 a finalement consenti a présenté des excuses: «Notre émotion était forte, ces tags racistes nous ont révoltés. Nous l’avons exprimée maladroitement. Vos messages nous l’ont montré. Combattre le racisme reste notre objectif. Nous y arriverons ensemble.»

«En reprenant ces visuels, nous avons voulu ne rien cacher du racisme, montrer ce qu’il a de plus laid», s’est encore expliqué le comité d’organisation des JO 2024 sur le site de franceinfo, tout en reconnaissant être «passés à côté de quelque chose». Et d’ajouter que «si c’était à refaire, nous ferions différemment.»