Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs en raison du coronavirus

Le marathon prévu à Tokyo le 1er mars sera fermé aux quelque 38.000 amateurs qui devaient y participer, en raison des craintes suscitées par la propagation du nouveau coronavirus, ont annoncé ce lundi les organisateurs.

Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs en raison du coronavirus

«Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était malheureusement difficile d’organiser cet événement auquel se joignent des amateurs (...) car plusieurs cas de personnes infectées» par le virus ont été confirmés dans la ville de Tokyo, a déclaré dans un communiqué la Fondation du Marathon de Tokyo.

«Nous n’allons donc organiser le marathon que pour les coureurs d’élite et les coureurs d’élite en chaise roulante», poursuit la Fondation. Leur nombre n’est que d’un peu plus de 200, a précisé un responsable du gouvernement de la capitale.

Au moins 65 personnes porteuses du virus ont été répertoriées au Japon sans compter plus de 450 passagers et membres d’équipage d’un paquebot en quarantaine.

Le ministre japonais de la Santé, Katsunobu Kato, a averti dimanche que le Japon entrait dans une «nouvelle phase» de cette infection virale, le pays constatant de jour en jour des cas supplémentaires parmi des personnes ne s’étant pas rendues en Chine, centre de l’épidémie, et n’ayant pas eu de contact avec des visiteurs en provenance de Chine.

Il a appelé à éviter les rassemblements et les endroits bondés. En conséquence, les célébrations de l’anniversaire de l’empereur, qui attirent chaque année des milliers de personnes dans le centre de Tokyo, ont été annulées.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.