Dusart: «Elle me l’avait dit»

Sa première expérience à l’étranger, c’est dans le club de Villeneuve-d’Ascq qu’Emma Meesseman l’a réalisée en 2012, sous les ordres de Frédéric Dusart, l’actuel coach de Braine.

Ch.W.

«La première fois que j’ai rencontré Emma, c’était à Ypres en 2012 et elle m’avait dit à l’époque: ‘’Moi je veux gagner l’Euroleague et je veux gagner la WNBA’’. Elle avait 18 ans et je me suis dit, soit elle ne sait pas ce que cela veut dire, soit elle est vraiment déterminée. Aujourd’hui, j’ai la réponse… Par contre, elle ne m’avait pas dit qu’elle voulait être MVP des finales, lance le coach français en souriant. Emma c’est quelqu’un qu’on n’entend pas, mais qui fait du bruit avec ses résultats et son jeu. Déjà à l’époque, l’Américaine qui jouait avec Emma en 2012 à Villeneuve disait d’elle: c’est la meilleure poste 4 avec qui je n’ai jamais joué. Et il y a sept ans de cela. Ce qui m’a marqué chez elle, c’est que c’est une grosse bosseuse. Quand elle est arrivée chez nous, elle n’osait pas tirer à trois points et c’est quelque chose sur lequel on a travaillé. Elle a vite compris qu’elle devait prendre ses responsabilités. C’est quelqu’un qui ne dit rien, qui est toujours positif et qui reste humble quoi qu’il arrive. Le succès ne lui est pas monté à la tête. Chaque année, elle est venue nous redire bonjour dès qu’elle avait un trou. J’ai adoré travailler avec elle.»