Anne Zagré, la tête la première

«Je vais finir par croire que je suis maudite. Pourquoi ça m’arrive ici? Franchement, je suis dégoûtée.» Anne Zagré a des éraflures sur plusieurs parties du corps et le front endolori.

D. Le.
Anne Zagré, la tête la première
Anne Zagré a passé la ligne à plat ventre après avoir chuté sur la dernière haie. ©BELGA

L’infortunée Bruxelloise a chuté sur la toute dernière haie de sa demi-finale et franchi la ligne à plat ventre. Cinquième en 13.23 avant d’être disqualifiée pour avoir terminé sa mésaventure dans le couloir voisin, elle n’a, une fois de plus, pas été épargnée par la malchance. «C’est un peu la même chose qu’au Mémorial Van Damme. Je coince avec ma jambe de retour, dit-elle. Je ne trouve pas d’explication. Ça va tellement vite.» Elle ne semble pas à fleur de peau, malgré ce énième coup du sort. «J’espère que je n’aurai pas le contrecoup dans quelques jours.» On ne le lui souhaite pas. Car elle est revenue de loin, s’est relevée d’une année 2018 marquée par les blessures et travaille son mental avec un psychologue depuis plusieurs mois. «J’éprouve beaucoup de difficultés à profiter du moment présent. Soit je réfléchis à ce que je fais, soit je me projette déjà dans l’avenir, avait-elle confié, la veille après avoir brillamment passé le premier tour. C’est un combat permanent. Même entre chaque haie, je pense à ce que je fais.» Avant de tomber, elle n’avait pourtant pas laissé entrevoir la moindre faille…