«La guerre a déterminé ma vie»

Mons - Charleroi : ce soir 20h30

Pascal Alexandre
«La guerre a déterminé ma vie»
Bostic a quitté Sarajevo en 1992 à cause de la guerre. Le basket l’a emmené partout en Europe. ©ÉdA/P.A.

Derrière un visage avenant et une poignée de main ferme, se cache un parcours de vie étonnant. Qui nous ramène près de trente ans en arrière, lorsque la Yougoslavie commençait à se déchirer dans le sang et les larmes. Rencontrer Vedran Bosnic (43 ans), le nouveau coach montois, c'est écouter un passionné de basket à qui la guerre a volé une partie de l'adolescence. «Je n'aime pas trop reparler de tout ça, glisse le Bosniaque. Mais c'est certain que mon départ de Sarajevo à la fin du mois d'avril 1992 a déterminé la suite de ma vie. Avec ma sœur et son bébé, nous avons pris le tout dernier bus à destination de la Croatie. Un bus de 30 places dans lequel il y avait… 130 personnes. Le lendemain, Sarajevo était fermée (NDLR: assiégée), et ça allait durer quatre ans. Plein de gens y vont vécu des choses atroces.»