Les 6 plus grands marathons du monde annoncent un programme antidopage «révolutionnaire»

Six des plus grands marathons du monde ont annoncé mardi un nouveau financement du programme antidopage mené par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU), organe indépendant créé en 2017 par la fédération internationale (IAAF) afin d’enquêter notamment sur les cas de dopage.

Les 6 plus grands marathons du monde annoncent un programme antidopage «révolutionnaire»

Les «majors», association qui regroupe six des plus grands marathons du monde (Tokyo, Boston, Chicago, New-York, Berlin, Londres), annoncent dans un communiqué le financement du programme antidopage «révolutionnaire» de l'AIU, avec une «politique de contrôles menée grâce aux enquêtes et au renseignement» ciblant le très haut niveau.

L’AIU s’occupe depuis 2017 des tests, enquêtes et poursuites pour la lutte notamment contre le dopage, la corruption ou la fraude au sein de l’athlétisme mondial.

La participation des «majors», à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros annuels sans que le montant exact ne soit dévoilé, permet l’embauche d’au moins une personne supplémentaire et l’augmentation des moyens d’investigation ciblant les meilleurs marathoniens du monde, en particulier hors compétition.

«L’investissement permet de mieux enquêter sur les marathoniens, afin d’identifier les coureurs + à risques +, puis d’établir un plan de contrôle antidopage sur le bon athlète au bon moment, plutôt qu’un programme de contrôles plus général», a détaillé à plusieurs médias le directeur de l’AIU Brett Clothier.

L’athlétisme a été marqué ces dernières années par de retentissants scandales de dopage, notamment celui organisé au niveau de l’état par la Russie. Le marathon a été touché récemment par les suspensions pour dopage de deux stars kenyanes, Rita Jeptoo (trois victoires à Boston, deux à Chicago) et Jemima Sumgong (victoire à Londres et aux Jeux de Rio en 2016).

D’un point de vue antidopage, «le marathon est une priorité due au succès des courses sur route, qui sont les épreuves les plus lucratives de l’athlétisme mondial, entraînant ainsi un fort risque de dopage», a reconnu Clothier.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.