Defraigne a préféré se taire

«Par respect pour l’adversaire et ce sport que j’aime tant, je ne ferai aucun commentaire.» Yves Defraigne en voulait à l’arbitrage.

D. Le.

Il faut dire que, à, l’image d’Olah auteur de 3 fautes au quart d’heure, ses intérieurs n’ont pas été épargnés. Roel Moors, lui, était soulagé que ses joueurs soient sortis d’une spirale négative. «Cette victoire nous permet de ne pas retomber dans le peloton. On reste devant mais on a du pain sur la planche car on a effectué beaucoup de mauvais choix, même dans le money-time.» Reste qu’Anvers, privé de Smith qui s’était coincé le dos la veille, a les arguments pour aller loin. «Il faudra tenir mentalement sur la longueur. Et puis, mes joueurs belges, même s’ils font un super job, ne dominent pas comme ceux d’Ostende.», conclut Moors.